Que dit la Bible du Ciel? (What Does the Bible Say About Heaven?)

Depuis la publication de deux de mes romans policiers, Deadline et Dominion1, on me demande souvent ceci: sur quoi reposent ma compréhension et ma représentation du paradis?

Pendant des années, j'ai étudié et parlé non seulement du paradis, mais aussi des récompenses éternelles, à tel point que j'ai développé une appréciation aussi large que profonde du sujet. Aujourd'hui je suis heureux de partager avec vous mes points de vue sur ce qu'en dit l'Écriture.

En écrivant Deadline et Dominion, mes objectifs principaux étaient d'encourager les gens à réfléchir davantage au Ciel, et à l'anticiper avec davantage de ferveur et de joie. Si un frère ou une sœur est en désaccord avec certaines de mes interprétations de l'Écriture, cela n'a pas d'importance tant que cela conduit cette personne à avoir une réflexion sérieuse (peut-être pour la première fois) sur son véritable Foyer. Je crois qu'il y a quelque chose de fondamentalement enrichissant à réfléchir sur ce que la Bible dit du Ciel. Quelque chose que nous, chrétiens occidentaux du monde moderne, avons négligé à notre plus grande perte. (Le sujet de l'Etat céleste en général et celui des récompenses éternelles en particulier sont tous deux développés dans mon livre Money, Possessions and Eternity2.)

Malgré tous mes efforts pour comprendre aux mieux les Écritures, ma compréhension est loin d'être complète, et elle est sans doute incorrecte sur certains points. Mais si le lecteur étudie assidûment les passages bibliques mentionnés dans cet article, il se peut qu'il découvre, à sa surprise (et à son délice, ou à son inconfort), que certaines de ses propres idées et hypothèses sur le Ciel ne sont en fait pas bibliques. Dans sa réflexion, il acquerra une compréhension beaucoup plus grande sur ce sujet vital.

Cet article résume ce que j'ai compris des enseignements de la Bible au sujet du Ciel. Ce résumé m'a donné les lignes directrices à partir desquelles j'ai imaginé des scènes telles qu'elles pourraient être au Ciel:

1. Le Ciel est la demeure de Dieu (Deutéronome 26.15; Matthieu 6.9).

2. Le Ciel est la demeure des anges de Dieu (Luc 2:15; Matthieu 28.2; Hébreux 12.22).

3. Le Ciel est la demeure des hommes que Dieu considèrent comme saints, des hommes qui sont morts et qui vivent désormais là en sa présence (Apocalypse 4-5; Luc 16:22, 25; Hébreux 12.23).

4. Au moment de mourir, l'esprit humain quitte le corps (Ecclésiaste 12:7) et va soit au Ciel, soit en enfer (Luc 16:22).

5. Après la mort, on continue d'exister et on en est immédiatement conscient, ce qu'on soit au Ciel ou en enfer (Luc 16:22 et suivants, 23:43; 2 Corinthiens 5:8; Apocalypse 6:9-11; Philippiens 1:23). Il n'y a pas de « sommeil de l'âme » ou de période d'inconscience précédant l'entrée au paradis. L'expression « Ceux qui sont endormis » en 1 Thessaloniciens 4:13 est un euphémisme pour parler de la mort, il décrit le départ de l'esprit du corps, mettant fin à notre existence consciente sur terre.

6. Le Ciel est un lieu réel où vont et viennent le Christ (Jean 1:32, 6:33; Actes 1:2), les anges (Matthieu 28:2; Apocalypse 10:1) et même, dans de rares circonstances, des hommes qui n'ont pas connu la mort (2 Rois 2:11; 2 Corinthiens 12:2; Apocalypse 11:12).

7. On se réfère systématiquement au Ciel comme à un endroit « en haut » (Marc 6:41; Luc 9:51). Or nous ne savons pas si cet endroit est « dans les cieux » (c'est-à-dire dans l'univers au-delà de la terre) ou entièrement en dehors du continuum espace-temps. Ce que nous savons en revanche, c'est que le paradis est quelque part et que ce quelque part n'est actuellement pas notre planète Terre.

8. Le Ciel est le lieu d'où vient le Christ (Jean 6:42), d'où il est revenu après sa résurrection et où il est maintenant (Actes 1:11). C'est aussi de là qu'i redescendra physiquement sur terre (Apocalypse 19:1-16).

9. Le Ciel est décrit comme une ville (Hébreux 11:16, 12:22, 13:14; Apocalypse 21:12). Une « ville » désigne communément un lieu rassemblant de nombreuses résidences proches les unes des autres, et dont les habitants sont sujets à un gouvernement commun. Une « ville » peut également désigner une activité variée et animée.

10. Le Ciel est, pour nous autres croyants, un héritage perpétuel, un domaine non périssable qui nous est spécifiquement réservé (1 Pierre 1:4).

11. Le Ciel est le pays dont les chrétiens —c'est-à-dire nous— seront les citoyens (Hébreux 11:16; Philippiens 3:20) et dont Christ sera le roi. Pour le moment, nous sommes ses ambassadeurs sur terre, les représentants de ses intentions (2 Corinthiens 5:20). Pendant notre bref séjour ici, nous sommes aux yeux du monde des étrangers et des voyageurs (Hébreux 11:13).  Les ambassadeurs, les étrangers et les voyageurs basent leur identité sur le lieu dont ils viennent, et planifient leur vie par rapport à leur pays d'origine. S'ils s'attachent trop au pays étranger où ils résident temporairement, ils risquent de compromettre facilement leur allégeance à leur vrai roi et à leur vraie patrie.

12. Le peuple de Dieu devrait désirer ardemment le paradis. Cela réjouit notre Seigneur, qui nous y a préparé une place (Hébreux 11:13-16; 2 Corinthiens 5:2).  Nous devrions être constamment motivés par l'anticipation du Ciel (Philippiens 3:14; 2 Timothée 4:8).

13. Le Ciel, et tout ce qu'il représente, devrait occuper toute notre attention dans cette vie. Notre cœur et notre esprit doivent être continuellement centrés sur les « choses d'en haut », cet endroit où Christ est, et non sur les « choses terrestres » (Colossiens 3:1-4).

Note : Il est souvent cru que les chrétiens sont « tellement portés sur les choses célestes qu'ils ne valent rien sur terre ». Mais cette croyance populaire est fausse. Au contraire, la plupart d'entre nous sommes si « terre-à-terre » que nous ne sommes finalement ni vraiment célestes ni complètement terrestres. CS Lewis disait: « Depuis que les chrétiens ont en grand nombre cessé de penser à l'autre monde, ils sont devenus bien inefficaces dans celui-ci. » Or Dieu nous ordonne d'être concentrés sur les choses célestes. Cela nous donnera la perspective et la motivation pour vivre sur terre selon ses commandements (Hébreux 11:26-27).

14. Les croyants ont le sentiment d'être actuellement au Ciel avec le Christ (Éphésiens 2:6; Colossiens 3:3). Et en effet, grâce à son œuvre rédemptrice nous avons un lien intime avec lui; et ce lien nous rend, d'une certaine manière, inséparables de lui. Ce sentiment prend une réalité lorsque nous persévérons dans notre marche avec lui et communions avec lui dans ce monde: il devient alors possible d'avoir, parfois, un léger avant-goût des délices et des merveilles du paradis.

15. Le Ciel nous libérera de nos craintes par rapport aux choses matérielles, c'est-à-dire de la dégradation et de la corruption (Matthieu 6:20).

16. Le Ciel nous délivrera de notre condition actuelle, celle d'humanité pécheresse (Romains 7:24).

17. Ceux qui seront rachetés seront au Ciel. D'après les descriptions de la Bible, ils seront « parés d'éclat » et vêtus de « robes blanches » indiquant leur pureté et leur justice morales (Daniel 12:3; Matthieu 13:43; Apocalypse 3:4, 6:11).

18. Le Ciel est un lieu de grande joie et de plaisir pour les rachetés (Psaumes 16:11).

19. Les noms de ceux que Christ a rachetés sont écrits dans les cieux (Luc 10:20; Hébreux 12:23; Apocalypse 20:15).

20. Lorsqu'il reparaîtra, le Christ donnera de nouveaux noms aux justes, des noms connus seulement de lui et d'eux (Apocalypse 2:17). Il y aura donc un certain degré d'intimité.

21. Les méchants, ceux dont les péchés ne sont pas purifiés par le sang du Christ, seront exclus du ciel (Galates 5:21; Éphésiens 5:5; Apocalypse 22:15).

22. L'attraction qu'exerce le Ciel sur nous vient essentiellement de notre anticipation d'être avec le Christ (Philippiens 1:23).

23. L'autre raison pour laquelle le Ciel nous attire est que nous espérons une vie continue et sans encombre, et anticipons la rencontre finale avec les Chrétiens qui nous ont précédés, ainsi qu'avec ceux qui nous suivront (1 Thessaloniciens 4:14-18).

24. Le Ciel a changé depuis sa création: il a connu plusieurs phases et continuera à subir des changements futurs. Au moins cinq phases distinctes du paradis semblent identifiables:

    1) Il y avait le paradis avant l'entrée du péché dans le monde, avant que la chute de Satan (Esaïe 14:12-15). Dans sa chute, il aurait entraîné un tiers des anges avec lui (Apocalypse 12:4).

    2) Il y avait le Ciel de l'Ancien Testament, celui d'Abraham (Luc 16:22). Ce « séjour des morts » était l'un des deux endroits où l'on se rendait après la mort, l'autre endroit étant l'enfer.

    3) Puis vient le Ciel actuel, modifié après la résurrection du Christ. Du séjour des morts, nous sommes passés au Paradis, un lieu où les croyants, à leur mort, se rendent directement auprès de Jésus (Éphésiens 4:8-10; 2 Corinthiens 5:8).

    4) Le royaume millénaire semble être une autre phase du Ciel. Dans ce royaume, Christ régnera sur la terre avec ses rachetés (Apocalypse 20:14).

    5) Enfin reste le Paradis qui viendra après le jugement final: la Nouvelle Jérusalem, dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre (Apocalypse 21-22).

Ce que nous désignons actuellement l'enfer (désormais le seul lieu de séjour des morts, depuis la « relocalisation » du paradis au Ciel) sera, après le jugement du grand trône blanc, lui-même précipité dans l'éternel enfer de feu, le dernier enfer (Apocalypse 20:14-15).

Notez que le Ciel n'est actuellement pas encore tel qu'il sera. Il y a encore du péché et de la souffrance dans l'univers, et il n'en sera soulagé que lorsque le ciel et la terre actuels seront passés, et une fois la ville sainte établie (Apocalypse 21:4). La Bible nous dit qu'il reste encore des esprits du mal dans le monde céleste (Éphésiens 6:12).  Cela peut expliquer l'incohérence apparente que présente la présence des anges de Satan devant Dieu (Job 1:6) et la nécessité d'une future « bataille dans les cieux » (Apocalypse 12:7): Satan sera définitivement renversé. Il ne sera complètement vaincu qu'une fois qu'il aura été enchaîné pendant mille ans dans la fosse (Apocalypse 20:2), puis jeté dans l'étang de feu après une dernière tentative de ramener le mal sur terre (Apocalypse 20:10).

La résurrection des croyants n'a pas encore eu lieu, mais précédera l'apparition du nouveau ciel et de la nouvelle terre (Apocalypse 20:12-15). Par conséquent, bien que le paradis actuel (dans lequel entrent ceux qui meurent dans le temps présent) soit un endroit merveilleux, il n'est pas encore complet car il n'est pas dans sa forme la plus glorieuse.

25. Le Ciel contient un sanctuaire qui a servi de modèle au tabernacle terrestre (Hébreux 8:5, 9:11, 23-24).  En ce moment même, Jésus « accomplit le service du grand-prêtre dans le sanctuaire, c’est-à-dire dans le véritable tabernacle, dressé non par des hommes, mais par le Seigneur » (Hébreux 8:2, BDS).  Au paradis, il y a donc un temple qui contient aussi le modèle de l'arche de l'alliance (Apocalypse 11:19, 15:5). Cela attente à la notion populaire d'un paradis « spirituel » sans forme physique, et suggère que contrairement à ce que l'on peut souvent croire, le paradis est une réalité plus tangible que l'on ne l'imagine.

26. Christ a promis à ses disciples qu'ils vivraient avec lui au Ciel (Jean 12:26,​ 13:36, 14:2-3).

27. Jésus a décrit le Ciel comme un lieu avec de nombreuses demeures, et il a promis de nous y préparer une place (Jean 14:2-3).

28. Au Ciel, il nous sera possible d'accueillir d'autres rachetés « chez nous ». Dans la parabole de l'intendant infidèle, Jésus présente à ses disciples un homme qui utilise les biens terrestres pour que « les gens [le] reçoivent chez eux ». Ce que Jésus veut que nous fassions, c'est que nous utilisions les richesses terrestres pour « [nous] faire des amis » (en améliorant leur vie sur terre), « afin que le jour où elles [nous] échappent [c'est-à-dire lorsque la vie sur terre prendra fin], [nous soyons] accueillis dans leurs demeures éternelles » (Luc 16:9).

Ces « amis » au paradis seront ceux que nous aurons touchés de manière significative sur terre. Ils auront vraisemblablement leurs propres « demeures éternelles », ce qui correspond à la représentation biblique du Ciel comme une ville.  Le verset Luc 16:9 peut alors littéralement signifier que lorsque nous serons au royaume céleste, ces demeures éternelles pourraient être des lieux de camaraderie et/ou de résidence.

29. Les croyants recevront un bel accueil lorsqu'ils entreront au ciel (2 Pierre 1:11). Il semble possible (conformément à Luc 16:1-9) qu'à l'arrivée d'un nouveau croyant au Ciel, ceux qui ont eu un impact sur lui et/ou ceux qui ont été touché par lui (y les membres de sa famille) au cours de sa vie sur terre, participeront à cet accueil chaleureux au paradis.

30. Le corps ressuscité de Christ sera le modèle de nos futurs corps célestes (1 Corinthiens 15:20,  48-49; Philippiens 3:21; 1 Jean 3:2). Après sa résurrection, Jésus a souligné qu'il n'était pas un « fantôme »: il n'était pas un esprit désincarné, et possédait bel et bien un corps physique (Luc 24:37-39).

31. Lorsque nous ressusciterons, nous aurons de vrais corps « spirituels » composés de matière physique (1 Corinthiens 15:42-44).  Nous serons capables de parler, de marcher, de toucher et d'être touché (Luc 24, Jean 20-21). Le corps ressuscité de Christ avait la capacité d'apparaître soudainement, de traverser une porte qui était verrouillée aux apôtres (Jean 20:19) et même de "disparaître" à leur vue (Luc 24:31). Si nos corps ressuscités auront les mêmes propriétés que le sien, cela signifie que nous pourrions être capables de transcender les lois actuelles de la physique et/ou de nous déplacer (et voyager d'une manière dont nous sommes actuellement incapables).

32. Puisque Christ a pu manger de la nourriture avec son corps ressuscité, nous mangerons avec lui et c'est ensemble que nous boirons dans les cieux (Luc 14:15; 22:18). Il n'y aura néanmoins ni faim ni soif dans le Ciel (Apocalypse 7:16). Il semblerait que le corps ressuscité n'aura pas besoin de ce qui est maintenant essentiel (nourriture, boisson, oxygène, chaleur, etc.) mais restera néanmoins capable de profiter de toutes ces choses et bien plus.

33. Entre notre entrée au Ciel et notre résurrection effective, il se peut que nous ayons des corps temporaires en amont de ladite résurrection (par exemple Luc 16:19ss; Apocalypse 6:11). Cela correspond au principe selon lequel l'homme est par essence un être à la fois spirituel et physique (Genèse 2:7) contrairement à Dieu et aux anges, qui sont par essence des esprits, bien qu'ils soient capables d'habiter des corps (Jean 4:24; Hébreux 1:14). De fait, un corps temporaire nous permettrait de rester pleinement humains, même durant le laps de temps entre notre vie terrestre et notre résurrection.

Note : Certains chrétiens semblent étrangement dégoûtés par les enseignements de la Bible sur la nature tangible de nos corps célestes et l'Etat céleste. Cet enseignement ne devrait pourtant pas nous surprendre, puisque les humains ont à la fois une dimension spirituelle et une dimension physique. Au Ciel nous ne quitterons pas notre nature d'hommes, mas nous deviendrons ce que les humains sont capables d'être en vertu de la création et de la rédemption. Matthieu 22:30, par exemple, n'enseigne pas que nous serons sans genre car le genre est un aspect de l'humanité que Dieu a voulu ; il n'y aura simplement pas de mariage au paradis.

Beaucoup de malentendus découlent de la croyance grecque et platonicienne selon laquelle le corps est mauvais et que la plus haute destinée de l'esprit est d'en être libre. Cela contraste fortement avec la croyance biblique qui pose le corps et l'esprit comme deux créations de Dieu, toutes deux marquées par le péché, mais également toutes deux rachetées par Christ. Certes, je dois être délivré de mon corps terrestre soumis au péché et à la décadence (Romains 7:24),  mais la promesse de l'Etat céleste n'est pas l'absence de corps: c'est l'accomplissement d'un corps et d'un esprit nouveaux et sans péché. En 1 Corinthiens 15, Paul considère qu'un corps nouveau est aussi essentiel à notre rédemption qu'un esprit nouveau. Si le corps n'est pas racheté, l'homme n'est pas racheté, puisque l'homme est par nature aussi bien un être physique qu'un esprit. Un esprit sans corps, comme un corps sans esprit, n'est pas la meilleure chose qui puisse arriver à l'humanité: ce serait un état d'incomplétude, une aberration par rapport à ce que ce signifie être pleinement humain.

34. À sa mort, le croyant est accompagné au Ciel par les anges (Luc 16:22), peut-être par ceux-là même qui l'ont servi pendant sa vie sur terre (Hébreux 1:14).  Certains anges sont en effet assignés au service des enfants et ont un accès spécial et continu à Dieu (Matthieu 18:10). Cela suggère —mais je n'en suis pas sûr— que des « anges gardiens » pourraient être affectées à des personnes avant même leur conversion au Christ.

Petite parenthèse sur les anges: les anges sont des êtres individuels qui ont chacun leur propre nom et sont capables de raisonner, de parler et d'interagir (Daniel 8:16-26, 10:13; Luc 1:26-38; Apocalypse 12:1). Les anges qui sont en activité sur terre sont normalement invisibles aux yeux humains (2 Rois 6:17). Ils sont envoyés par Dieu en réponse à nos prières et se battent en faveur de Dieu et des hommes (Daniel 9:21&23, 10:12-13; Apocalypse 12:7). Les anges peuvent prendre une forme physique et apparaître comme des humains (Genèse 18-19). Nous pouvons répondre ou interagir avec les anges, parfois même sans le savoir (Hébreux 13:2).

35. Dans le Ciel, nous adorerons Dieu en compagnie des anges et des rachetés de toutes les races et de tous les milieux (Apocalypse 4:9-11; 5:11-13, 7:9-12).

36. Au Ciel, nous chanterons des chants de louange avec tout le reste de la création de Dieu (Apocalypse 5:13).

37. La communication, le dialogue, le culte en assemblée et autres interactions relationnelles ne cesseront d'avoir lieu au paradis (Apocalypse 1-22). De ce qu'on peut lire de la Bible, on peut savoir que les saints, les anges et Dieu vont tous interagir les uns avec les autres, construire et approfondir leurs relations.

38. Au Ciel, nous exercerons non seulement notre intellect, mais nous ressentirons aussi des émotions (Apocalypse 6:10, 7:10). Les anges seront eux aussi capables de répondre avec émotion (Apocalypse 7:11-12, 8). Le Ciel est décrit comme un lieu où règne une grande joie (donc une réponse émotionnelle) en réponse à ce que Dieu accomplit sur terre (Luc 15:7&10).

Note : Certains suggèrent qu'il n'y aura pas d'émotions au paradis. Or les émotions font partie de l'humanité créée par Dieu, elles ne sont pas un bagage du péché dont nous devons être débarrassés. Nous ne devrions donc pas nous attendre à l'absence d'émotion au Ciel. Nous devrions plutôt nous attendre à des émotions pures et parfaitement informées, des émotions guidées par la réalité (et non des sentiments facilement trompeurs et subjectifs). Les larmes qui seront essuyées seront celles liées à la souffrance causée par le péché et la mort (Apocalypse 21:4),  mais puisque nous aussi désormais capables de pleurer de joie, rien ne dit qu'il n'y aura pas de larmes de joie au paradis (par exemple, en rencontrant Christ ou en se réunissant avec des proches).

Et puisque les actes d'amour de Dieu pour son peuple (y compris sa mort sur la croix) suscitent naturellement les larmes de ceux qui sont spirituellement sensibles (une fois au ciel, nous ne pourrons tous que l'être davantage), il semble possible qu'il y ait des larmes versées par solennité et par gratitude pour le prix rédempteur que Jésus a payé pour nous. Cela peut être vrai pour le reste de l'éternité, mais cela peut également s'appliquer au temps précédant le Nouveau Ciel et de la Nouvelle Terre: on nous y promet qu'il n'y aura plus de larmes.

39. Le Ciel est le lieu depuis lequel Dieu exerce sa colère contre l'impie sur terre (Romains 1:18), le jugeant parfois même par le feu (Apocalypse 13:13, 20:9). Au Ciel, les saints gagnent en sainteté et attendent que la colère et la vengeance de Dieu soient exécutées contre l'injustice (Apocalypse 6:9-11), à l'instar des anges célestes (Apo. 16:4-7).

40. Au Ciel, nous aurons des récompenses éternelles, des possessions permanentes, et des positions qui varieront d'un croyant à l'autre (Matthieu 6:19-25, 25:20-21; Luc 19:17-19; 1 Corinthiens 3:12-15; 2 Corinthiens 5:9, 10).  Les récompenses seront accordées en fonction de notre fidélité et de nos intentions (1 Corinthiens 4:2, 5) En les distribuant, le Christ ne négligera pas même le plus petit acte de bonté fait en son nom (Marc 9:41).

Note : Les récompenses célestes sont promises à ceux qui rencontrent des circonstances difficiles en raison de leur confiance en Dieu (Hébreux 10:34-36), ainsi qu'à ceux qui persévèrent sous la persécution pour leur foi (Luc 6:22, 23). Une vie de piété (2 Pierre 3:11-14) et une obéissance compatissante (Matthieu 25:20, 21) seront richement récompensés par notre Seigneur. Lorsque nous offrons l'hospitalité et donnons un repas à ceux qui sont trop pauvres ou dans l’incapacité de nous rembourser, Christ nous promet ceci: « Bien qu'ils ne puissent pas vous rembourser, vous serez remboursés lors de la résurrection des justes » (Luc 14:14).

Salut et récompenses sont des choses complètement différentes. Le salut est le travail de Dieu pour l'homme. Il est donné comme un cadeau gratuit,  l'homme ne peut en rien y contribuer (Éphésiens 2:8-9; Tite 3:5). Les récompenses en revanche sont issues du travail de l'homme pour Dieu. Le salut dépend de la fidélité et de la miséricorde de Dieu, tandis que les récompenses sont conditionnelles; elles dépendent de la fidélité de l'homme (2 Timothée 2:12; Apocalypse 2:26-28; 3:21).

41. Au moins cinq couronnes différentes seront données comme récompenses célestes : la couronne de la vie (Jacques 1:12; Apocalypse 2:10), la couronne incorruptible (1 Corinthiens 9:24, 25), la couronne de joie (1 Thessaloniciens 2:19; Philippiens 4:1), la couronne de gloire (1 Pierre 5:1-4), et la couronne de justice (2 Timothée 4:6-8).

Les couronnes peuvent s'apparenter à des positions de pouvoir dans le Ciel (Luc 19:17; Apocalypse 2:26-28). Mais quoi qu'il en soit, ce sont des rappels durables de notre travail sur terre et de la fidélité du Christ qui nous permet de faire ce travail. À la fin, ces couronnes seront mises aux pieds du Christ afin de lui rendre gloire (Apocalypse 4:10). Les récompenses nous seront données non seulement en reconnaissance de notre travail, mais aussi pour la gloire éternelle de Dieu. L'Écriture ne voit aucune contradiction entre la gloire éternelle de Dieu et notre bien éternel à nous.

Note : Si le Ciel sera merveilleux pour tous ses habitants, la position et l'expérience de tous les croyants au paradis ne seront pas les mêmes. De même qu'il existe différents châtiments en enfer (Matthieu 11:20-24, Luc 20:45-47), il y aura différentes récompenses au paradis. Peut-être cela sera-t-il due à une différence de capacités: toutes les jarres peuvent être pleines, mais celle qui aura avec la plus grande capacité contiendra plus. De la même manière, tous les croyants seront pleins de joie au Ciel, mais certains, ayant davantage été éprouvé sur terre dans leur confiance et obéissance à Dieu, pourront être encore plus joyeux en raison de leur plus grande capacité à se réjouir.

42. Un grand nombre d'actes justes sont aujourd'hui méconnus, voire punis, sur terre. Mais au Ciel, tous ces actes seront finalement récompensés, et c'est ce vers quoi doit tendre l'espérance du chrétien. Il y aura un « temps approprié » pour la récolte, un temps qui suit le cours normal de notre vie sur terre: « Ne nous lassons pas de faire le bien, car, au bon moment, nous récolterons si nous n'abandonnons pas » (Galates 6:9).

Les œuvres que le chrétien fait pour la gloire de Dieu auront une signification éternelle et à ceux qui mourront en Christ, Dieu promet que "leurs actes les suivront" (Apocalypse 14:13). Les récompenses que nous obtiendrons au Ciel nous relieront éternellement au service que nous aurons accompli pour Christ sur terre. L'endroit où nous nous trouverons changera radicalement, mais il n'y aura aucune discontinuité entre notre vie ici et notre vie là-bas.

Note : Puisque l'Écriture ne donne pas d'occasion à l'incroyant de retourner sur terre et de vivre sa vie à nouveau pour mettre sa foi en Christ, il n'y a pas non plus de chance pour le croyant de revenir et de revivre pleinement sa vie pour le Christ. Rien dans la Bible ne dit que les récompenses ratées en raison du manque de service sur terre (1 Corinthiens 3:13-15) pourront être obtenues plus tard d'une autre manière. Au paradis, la manière dont nous aurons vécu sur terre aura des effets éternels.

43. Au Ciel, nous servirons Dieu (Apocalypse 7:15). Ce service impliquera des responsabilités, des devoirs, des efforts et de la créativité pour faire du bon travail. Ce dernier aura des accomplissements durables, ne sera pas sujet au déclin et à la lassitude et sera amélioré par des ressources illimitées.

44. Au Ciel on se reposera de nos travaux sur terre (Apocalypse 14:13). Le repos accordé par Christ sur terre (Matthieu 11:28-29) est paradoxalement un repos où nous devons nous empresser d'entrer (Hébreux 4:11). Le travail du Ciel sera revigorant, productif et indéfini, il ne sera ni futile ni frustrant. Peut-être sera-t-il comme celui d'Adam et Ève dans le jardin d'Eden (Genèse 2:15), celui qu'ils avaient avant que le péché n'entraîne la malédiction sur le sol avec ses épines (Genèse 3:17-19).

45. Nous régnerons avec Christ dans le Ciel (2 Timothée 2:12; Apocalypse 3:21, 22:5). Ce partage du pouvoir sera proportionnel à notre service pour lui sur terre: cela signifie que des responsabilités seront spécifiquement déléguées vers ceux qui sont sous notre direction (Luc 19:17-19). Nous jugerons et gouvernerons le monde ainsi que les anges (1 Corinthiens 6:2-3).

46. Au centre du futur Ciel, il y aura la Nouvelle Jérusalem. Les dimensions exactes de la ville céleste sont mesurées par un ange et rapportées comme un cube de 12 000 stades dans Apocalypse 21.16. Si on la comparait à notre monde, cette base de plus de deux millions de kilomètres carrés s'étendrait de la côte ouest des Etats-Unis jusqu'au fleuve du Mississippi (centre-est) en longueur, et des frontières du Canada jusqu'au Mexique en largeur. Cela couvrirait deux tiers de la superficie totale des États-Unis. La hauteur de la Nouvelle Jérusalem est encore plus étonnante, puisqu'elle est presque de 2500 kilomètres. Tout porte à croire que c'est dans cette vaste ville que Jésus nous a préparé des lieux d'habitation personnels (Jean 14:2; Luc 16:9; Apocalypse 21:2).

Note : Dans la Bible, les dimensions et les proportions ont souvent une importance symbolique (par exemple, le Saint des Saints, qui était l'habitation de Dieu, était un cube), mais cela ne signifie pas que les dimensions ne peuvent pas aussi être littérales. En fait, Apocalypse 21 s'efforce d'exprimer les dimensions exactes de la ville, et souligne qu'elles sont « à la portée de l'entendement humain ». Si la ville a ces dimensions (et il n'y a aucune raison de croire le contraire), que pourrions-nous attendre d'autre de Dieu pour nous en convaincre?

47. La nouvelle Jérusalem du Ciel est remplie de choses belles et fantastiques. Cela comprend les rues pavées d'or et les édifices de perles, les émeraudes et les pierres précieuses (Apocalypse 21:19-21).

48. Le Ciel a de la lumière, de l'eau, des arbres et des fruits (Apocalypse 22:1-2).

49. Les portes de la ville céleste seront toujours ouvertes, les gens iront et viendront, certains apportant des choses merveilleuses dans la ville (Apocalypse 21:24-25, 22:14). Pouvoir voyager en dehors de la ville céleste suggère qu'elle ne constituera pas à elle seule l'ensemble du paradis ; elle sera simplement son centre.

50. Le Ciel contient des animaux (loups, agneaux et lions inclus), au moins dans sa phase du royaume millénaire (Ésaïe 65:25), mais même avant: dans les cieux, il y a déjà des chevaux (Apocalypse 6:2-8, 19:11) en nombre suffisant pour que les armées du ciel puissent les monter (Apocalypse 19:11; 2 Rois 6:17).

51. Au Ciel, nous mangerons et boirons à la table du Christ et avec les saints qui auront été rachetés de la terre. Nous communiquerons, nous chanterons et nous nous réjouirons avec eux (Matthieu 8:11; Luc 22:29, 30; Apocalypse 19:9).

 

Pour plus d'informations au sujet du Ciel, consultez le livre Les pieds sur terre, les yeux vers le ciel de Randy Alcorn.

  1. Deadline (2006) et Dominion (2006): Ces romans ne sont pas traduits en français.
  2. Money, Possessions and Eternity (2003): L'argent, les possessions, l'éternité, non traduit en français.

What Does the Bible Say About Heaven?

Since the publication of my novels Deadline and Dominion, I’m frequently asked about the basis for my understanding of what heaven might be like. I’ve studied and spoken on heaven and eternal rewards for years, and have a much different and deeper appreciation of this subject than I used to. I’m glad to share my perspectives on Scripture’s teaching.

One of my central goals in writing Deadline and Dominion was to motivate people to think more about heaven, and to anticipate it with greater fervor and delight. If a brother or sister disagrees with some of my interpretations of Scripture, it does not matter, as long as he has been stimulated to give serious thought (perhaps for the first time) to his one true Home. I believe there is something inherently enriching about contemplating what the Bible says about heaven, something we as western Christians in the modern world have neglected to our loss. (The subject of the heavenly state in general and eternal rewards in particular is developed in my book Money, Possessions and Eternity.)

Despite my best attempts to be careful with Scripture, my understanding is far from complete and is without doubt incorrect in some areas. But if the reader diligently investigates the Scripture passages referred to in this summary, he may discover to his surprise (and either to his delight or discomfort) that some of his own notions and assumptions about heaven are in fact not biblical. In the process, he will gain a far greater understanding of this vital subject.

This summary of my understanding of the scriptural teaching on heaven constituted the guidelines around which I exercised my imagination to portray scenes in heaven:

1. Heaven is the dwelling place of God (Deut. 26:15; Matt. 6:9).

2. Heaven is the dwelling place of God’s angels (Luke 2:15; Matt. 28:2; Heb. 12:22).

3. Heaven is the dwelling place of God’s saints from earth who have died and now live there in his presence (Rev. 4-5; Luke 16:22, 25; Heb. 12:23).

4. At death, the human spirit leaves the body (Ec. 12:7) and goes either to heaven or hell (Luke 16:22ff).

5. There is immediate conscious existence after death, both in heaven and hell (Luke 16:22ff.; Luke 23:43; 2 Cor. 5:8; Rev. 6:9-11; Phil. 1:23). There is no “soul sleep” or period of unawareness preceding heaven. (“Fallen asleep” in 1 Thes. 4:13 is a euphemism for death, describing the spirit’s departure from the body, ending our conscious existence on earth.)

6. Heaven is an actual place, to and from which Christ (John 1:32; 6:33; Acts 1:2), angels (Matt. 28:2; Rev. 10:1) and in rare circumstances people, even prior to their deaths, have traveled (2 Kings 2:11; 2 Cor. 12:2; Rev. 11:12).

7. Heaven is consistently referred to as “up” in location (Mark 6:41; Luke 9:51). We do not know whether it is a place “in the heavens” (the universe beyond the earth) or entirely outside the space/time continuum. We do know heaven is someplace, and presently that place isn’t earth.

8. Heaven is where Christ came from (John 6:42), where he returned after his resurrection (Acts 1:11), where he now is and from which he will physically return to earth again (Acts 1:11; Rev. 19:1-16).

9. Heaven is described as a city (Heb. 11:16; 12:22; 13:14; Rev. 21:12). The normal understanding of a “city” is a place of many residences in near proximity, the inhabitants of which are subject to a common government. “City” may also connote varied and bustling activity.

10. Heaven contains for believers a permanent inheritance, an unperishing estate specifically reserved for us. (1 Pet. 1:4).

11. Heaven is the Christian’s country of citizenship (Heb. 11:16; Phil. 3:20). Christ is our King. We are his ambassadors, representing his agenda on earth (2 Cor. 5:20). While on our brief stay here, we are aliens, strangers and pilgrims (Heb. 11:3). Ambassadors, aliens and pilgrims identify themselves and plan their lives with a focus on their home country. Should they become too engrossed in the alien country where they temporarily reside, they can easily compromise their allegiances to their true King and true country.

12. God’s people should long for heaven. This pleases our Lord, who has prepared a place there for us (Heb. 11:13-16; 2 Cor. 5:2). We should be ever-motivated by the anticipation of heaven (Phil. 3:14; 2 Tim. 4:8).

13. Heaven and all that it represents should be a central object of our attention in this life. Our hearts or minds are to be continuously set on these “things above” where Christ is in heaven, not on “earthly things” (Col. 3:1-4).

Note: The popular notion of Christians being “so heavenly minded they’re of no earthly good” is a myth. On the contrary, most of us are so earthly minded we are of no heavenly or earthly good. C. S. Lewis said, “It is since Christians have largely ceased to think of the other world that they have become so ineffective in this one.” God commands us to be heavenly minded, and doing so will give us the perspective and motivation to live on earth as he has commanded us (Heb. 11:26-27).

14. There is a sense in which believers are currently in heaven with Christ (Eph. 2:6; Col. 3:3). Our intimate link with Christ in his redemptive work somehow makes us inseparable from him. As we walk with him and commune with him in this world, this reality makes it sometimes possible to experience a faint foretaste of heaven’s delights and wonders.

15. Heaven will provide us delivery from the present conditions of material decay and corruption (Matt. 6:20).

16. Heaven will provide us delivery from the current sinful human condition (Rom. 7:24).

17. The redeemed in heaven are described as “shining” and wearing “white robes,” indicating their moral purity and righteousness (Dan. 12:3; Matt. 13:43; Rev. 3:4; 6:11).

18. Heaven is a place of great joy and pleasures for the redeemed (Psalm 16:11).

19. The names of Christ’s redeemed are written in heaven (Luke 10:20; Heb. 12:23; Rev. 20:15).

20. When in his presence, Christ will give new names to the righteous, known only between him and them (Rev. 2:17). This implies some level of privacy.

21. The wicked, those whose sins remain uncleansed by the blood of Christ, will be excluded from heaven (Gal. 5:21; Eph. 5:5; Rev. 22:15).

22. Heaven’s central draw is our anticipation of being with Christ (Phil. 1:23).

23. Another draw of heaven is our anticipation of continued and unhindered life, and ultimate reunion with Christian loved ones who’ve gone before us and will come after us (1 Thes. 4:14-18).

24. Heaven has not remained the same since its creation, but has undergone several phases, and will experience future change as well. At least five distinct phases of heaven seem identifiable. There was the pre-sin heaven, before Satan fell (Is. 14:12-15), apparently taking a third of the angels with him (Rev. 12:4). There was the Old Testament heaven of Paradise or “Abraham’s bosom” ( Luke 16:22), which was then one of two compartments of Hades, “the place of the dead,” the other compartment being Hell. Then came the current post-resurrection-of-Christ heaven, where Paradise seems to have been relocated from Hades, and where believers now come directly into his presence at death (Eph. 4:8-10; 2 Cor. 5:8). The millennial kingdom, where Christ rules over the earth with his redeemed seems to be a phase of Heaven (Rev. 20:14). Then there is the Heaven still to come after the final judgment, the New Jerusalem in the new heavens and new earth (Rev. 21-22).

Similarly, what we now refer to as Hell (the only compartment of Hades left since the relocation of Paradise to Heaven) will, after the Great White Throne judgment, itself be relocated in the eternal lake of fire, the ultimate hell (Rev. 20:14-15).

Note: Heaven is not yet as it one day will be. There is still sin and suffering in the universe which will not be relieved until after the present heaven and earth pass away, and the heavenly city is established (Rev. 21:4). There are said to presently still be “spiritual forces of evil in the heavenly realms” (Eph. 6:12). This may explain the apparent incongruity of the already-fallen Satan’s coming before the presence of God (Job 1:6) and the future “war in heaven” (Rev. 12:7) in which Satan is cast down in some further or final sense. He is not finally defeated until a thousand years after he is bound in the pit and then after one last rage of evil, thrown forever into the lake of fire (Rev. 20:2,7,10).

The resurrection of believers has not yet occurred, and will not until just prior to the new heavens and earth (Rev. 20:12-15). Hence, though the present heaven we enter at death is a wonderful place, it is not yet complete, not in its most glorious form.

25. Heaven contains an actual sanctuary which served as the pattern for the earthly tabernacle (Heb. 8:5; 9:11,23-24). Jesus currently “serves in the sanctuary, the true tabernacle set up by the LORD, not man” (Heb. 8:2). In heaven there is a temple that contains the prototype ark of the covenant (Rev. 11:19, 15:5). (This violates the popular notion of a “spiritual” heaven with no physical form, suggesting heaven is a more tangible reality than we often imagine.)

26. Christ promised his followers they would live with him in heaven (John 12:26; 13:36; 14:2-3).

27. Jesus described heaven as having many rooms or dwellings, and promised that he himself would go there and prepare a place there for us (John 14:2-3).

28. When we are in heaven, it may be possible for us to welcome others into our dwelling places. After speaking of the shrewd servant’s desire to use earthly resources so that “people will welcome me into their houses,” Jesus tells his followers to use “worldly wealth” (earthly resources) to “gain friends” (by making a difference in their lives on earth), “so that when it is gone [when life on earth is over] you will be welcomed into eternal dwellings” (Luke 16:9).

Note: Our “friends” in heaven appear to be to those whose lives we’ve touched in a significant way on earth. They will apparently have their own “eternal dwellings.” This fits the Bible’s portrayal of heaven as a city. In a nonparabolic context, Christ promised to prepare for us dwelling places in heaven (John 14:2-3). Luke 16:9, then, may literally mean these eternal dwelling places of friends could be places to fellowship and/or reside in as we move about the heavenly kingdom.

29. Some believers will receive a “rich welcome” when they enter heaven (2 Peter 1:11). It seems possible, and in keeping with Luke 16:1-9, those who on earth have impacted and/or been impacted by the arriving believer (perhaps including family members), and who have gone to heaven before him, may participate in the welcoming committee at his “rich welcome” into heaven.

30. Christ’s resurrection body appears to be the prototype for our own heavenly bodies (1 Cor. 15:20, 48-49; Phil. 3:21; 1 John 3:2). After his resurrection, Jesus emphasized he was not a “ghost,” a disembodied spirit, but had a physical body (Luke 24:37-39.)

31. In our resurrected state we will have real “spiritual” bodies with physical substance (1 Cor. 15:42-44). We will be capable of talking, walking, touching and being touched (Luke 24; John 20-21). Christ’s resurrection body had an ability to appear suddenly, apparently coming through a locked door to the apostles (John 20:19), and “disappearing” from the sight of the two at Emmaus (Luke 24:31). If our resurrection bodies have the same properties as his, this suggests an ability to transcend the present laws of physics and/or to move and travel in some way we are now incapable of.

32. Christ ate food in his resurrection body, and he and we will eat and drink in heaven (Luke 14:15; 22:18). Yet there will be no hunger or thirst in heaven (Rev. 7:16). It would seem the resurrection body does not need what is now essential–food, drink, oxygen, covering, etc.–but that it is nonetheless fully capable of enjoying some or all of these things (and no doubt many more).

33. Between our entrance to heaven and our resurrection, we may have temporary pre-resurrection bodies (e.g. Luke 16:19ff.; Rev. 6:11). This fits the notion that unlike God and the angels, who are in essence spirits though capable of inhabiting bodies (John 4:24; Heb. 1:14), man is in essence both spiritual and physical (Gen. 2:7). Hence, between our earthly life and our resurrection, a temporary body would allow us to retain the qualities of full humanity.

Note: Some Christians seem strangely repulsed at the biblical teachings of the tangible nature of our heavenly bodies and the heavenly state. But this teaching should not surprise us, since humans have both a spiritual and a physical dimension. We do not become inhuman in heaven, we become everything humans are capable of being by virtue of both creation and redemption. Matthew 22:30, for instance, does not teach we will be genderless (gender is a God-created aspect of humanity) or otherwise non-human, but simply that there will be no marriage in heaven.

Much misunderstanding stems from the Greek/Platonic belief that the body is evil and the spirit’s highest destiny is to be free from the body. This is in stark contrast to the biblical belief that God is the Creator of both body and spirit, both of which were marred by sin, but both of which are redeemed by Christ. True, I need to be delivered from my earthly body, which is subject to sin and decay (Rom. 7:24). But the promise of the heavenly state is not the absence of body, but the attainment of a new and sinless body and spirit. In 1 Cor. 15, Paul regards the new body–not simply the new spirit-as essential to our redemption. If the body is not redeemed, then man is not redeemed, since man is by nature body as well as spirit. A spirit without a body, like a body without a spirit, is not the highest human destiny, but would be a state of incompleteness, an aberration from the full meaning of humanness.

34. At death the believer is ushered into heaven by angels (Luke 16:22). We may be accompanied in death’s relocation by ministering angel(s) who have served us while we were on earth (Heb. 1:14). Some angels are assigned to children, and they have special continuous access to God (Matt. 18:10). This suggests that ministering or guardian angels could be assigned to people even prior to their conversion to Christ, though this is uncertain.

Note: Angels are individual beings who have their own names, and are capable of reasoning, speech and interaction (Dan. 8:16-26; Luke 1:26-38; Dan. 10:13, 31; Rev. 12:1). Angels active on earth are normally invisible to human eyes (2 Kings 6:17). They are sent out by God in response to prayer, and wage war on behalf of God and men (Dan. 9:21, 23; 10:12-13; Rev. 12:7). Angels can take on physical form and appear as humans (Gen. 18-19). We can respond to or interact with angels, unaware of their identity (Heb. 13:2).

35. In heaven, we will worship God along with the angels and redeemed people from every race and background (Rev. 4:9-11; 5:11-13; 7:9-12).

36. In heaven, we will sing praise songs along with all the rest of God’s creation (Rev. 5:13).

37. Communication, dialogue, corporate worship and other relationship-building interactions all take place heaven (Rev. 1-22). Apparently saints and angels and God will all interact together, building and deepening their relationships.

38. In heaven, we will exercise not only intellect but emotions (Rev. 6:10; 7:10). Angels too seem capable of responding with emotion (Rev. 7:11-12; Rev. 18). Heaven is described as a place where there is great rejoicing (an emotional response) over what God is accomplishing on earth (Luke 15:7,10).

Note: Some suggest there will be no emotions in heaven. But emotions are part of God-created humanity, not some sinful baggage we are to be cleansed of. We should not expect the absence of emotion there, but pure and accurately informed emotions, emotions guided by reality, not easily misled and subjective feelings. The tears that will be wiped away are the tears of suffering over sin and death (Rev. 21:4). Since we are capable of now shedding tears stemming from joy, there is no reason to believe there could be no tears of joy in heaven. (For instance, at meeting Christ or at reunion with loved ones.)

And since the loving acts of God for his people, including his death on the cross, naturally prompt the spiritually sensitive to tears (and we will be more, not less, spiritually sensitive in heaven), it seems possible that there could be tears of sobriety and gratitude over the redemptive price Jesus paid for us. This could be true throughout eternity, but certainly could apply prior to the New Heaven and New Earth where the “no more tears” promise first appears.

39. Heaven is a place from which God is said to exercise his wrath against godlessness on earth (Rom. 1:18), and even to send down his judgment of fire (Rev. 13:13; 20:9). In heaven, saints gain an increased sense of holiness and long for God’s wrath and vengeance to be poured out against injustice (Rev. 6:9-11). Angels in heaven too long for God’s judgment to be exercised against the ungodly (Rev. 16:4-7).

40. In heaven, we will have eternal rewards, permanent possessions and positions which vary from believer to believer (Matt. 6:19-25; 25:20-21; Luke 19:17-19; 1 Cor. 3:12-15; 2 Cor. 5:9,10). Rewards will be granted in light of our faithfulness and motives (1 Cor. 4:2,5). In dispensing rewards, Christ will not overlook the smallest act of kindness done in his name (Mark 9:41).

Note: Heavenly rewards are promised to those who endure difficult circumstances out of their trust in God (Heb. 10:34-36), and to those who persevere under persecution for their faith (Luke 6:22, 23). A life of godliness (2 Peter 3:11-14) and compassionate obedience (Matthew 25:20, 21) will be richly rewarded by our Lord. When we extend hospitality and give a meal to those too poor or incapacitated to pay us back Christ promises us “although they cannot repay you, you will be repaid at the resurrection of the righteous” (Luke 14:14).

Salvation and rewards are completely different. Salvation is God’s work for man given as a free gift, to which man can contribute absolutely nothing (Eph. 2:8-9; Titus 3:5). Rewards, however, are man’s work for God. Salvation is dependent on God’s faithfulness and mercy, while rewards are conditional, contingent as well on man’s faithfulness (2 Tim. 2:12; Rev. 2:26-28; 3:21).

41. At least five different crowns are given as heavenly rewards: the crown of life (James 1:12; Rev. 2:10), the incorruptible crown (1 Cor. 9:24, 25), crown of rejoicing (1 Thes. 2:19; Phil. 4:1), crown of glory (1 Pet. 5:1-4), and crown of righteousness (2 Tim. 4:6-8).

The crowns may relate to positions of ruling in heaven (Luke 19:17; Rev. 2:26-28), but in any case they are lasting reminders of our work on earth, and Christ’s faithfulness in enabling us to do that work. Ultimately these crowns put at Christ’s feet, to recognize him (Rev. 4:10). Our rewards are given not merely for our recognition, but for God’s eternal glory. However, Scripture sees no contradiction whatsoever between God’s eternal glory and our eternal good.

Note: While heaven will be wonderful for all its inhabitants, not every believer’s position and experience in heaven will be the same. As hell has different punishments (Matt .11:20-24; Luke 20:45-47), so heaven has different rewards. Perhaps it will be a matter of differing capacity. Two jars can both be full, but the one with greater capacity contains more. Likewise, all of us will be full of joy in heaven, but some may have more joy because their capacity for joy will be larger, having been stretched through their trust in and obedience to God in this life.

42. Heaven should be looked to by the believer as the time when all righteous acts–many of which will have been disregarded and some punished on earth–will be finally rewarded. There is a “proper time” for the harvest, a time that normally follows our life on earth–”Let us not become weary in doing good, for at the proper time we will reap a harvest if we do not give up” (Galatians 6:9).

The Christian’s works done for God’s glory will have eternal significance–of those who die in Christ, God says “their deeds will follow them” (Rev. 14:13). Our rewards in heaven will link us eternally to our service for Christ while on earth. There is a radical change in our location, but no essential discontinuity between our lives here and there.

Note: As Scripture gives no opportunity for the unbeliever to go back to earth and live his life again and this time to put faith in Christ, so there is no opportunity for the believer to go back and relive his life, this time for Christ. There is no indication that rewards missed by virtue of lack of service on earth (1 Cor. 3: 13-15) will be later achieved in some other way. In heaven, how we have lived on earth will have eternal effects.

43. In heaven, we will serve God (Rev. 7:15). Service implies responsibilities, duties, effort, and creativity to do work well. (Work with lasting accomplishment, unhindered by decay and fatigue, and enhanced by unlimited resources.)

44. In heaven, we will be given rest from our labors on earth (Rev. 14:13). The rest granted us when by Christ on earth (Matt. 11:28-29), paradoxically, is a rest we now must “make every effort to enter” (Heb. 4:11). Heaven’s labor will be refreshing, productive and unthwarted, without futility and frustration. Perhaps it will be like the Adam and Eve did in the Garden of Eden (Gen. 2:15), before sin brought the curse on the ground, with its thorns (Gen. 3:17-19).

45. In accord with our service for Christ while on earth, we will reign with Him in heaven (2 Tim. 2:12; Rev. 3:21; 22:5). This implies specific delegated responsibilities for those under our leadership (Luke 19:17-19). We judge or rule over the world and we judge and rule over angels (1 Cor. 6:2-3).

46. At the center of the future heaven will be the city of the New Jerusalem. The exact dimensions of the heavenly city are measured by an angel and reported as a 12,000 stadia (1500 mile) cube (Rev. 22:15-17). This base of over two million square miles would stretch from the west coast to the Mississippi river, and from the borders of Canada to Mexico, covering two thirds the entire land mass of the United States. More astounding is its 1500 mile height. By present standards, that would be 780,000 stories. It is apparently within this vast city that we will have personal dwelling places, which Jesus has prepared for us (John 14:2; Luke 16:9; Rev. 21:2).

Note: While the dimensions and proportions may have symbolic importance (e.g. the Holy of Holies, God’s dwelling place, was a cube), this does not mean the dimensions are not literal. In fact, Rev. 22 goes to great lengths to express these exact dimensions and to emphasize they are in “man’s measurement”–if the city really were these dimensions (and there is no reason it couldn’t be), what more could we expect God to say to convince us of this?

47. Heaven’s New Jerusalem is filled with magnificent beauty, including streets of gold and buildings of pearls, emeralds and precious stones (Rev. 21:19-21).

48. Heaven has light, water, trees and fruit (Rev. 22:1-2).

49. The heavenly city’s gates are always open, and people will travel in and out, some bringing wonderful things into the city (Rev. 21:24-25; 22:14). Travel outside the city suggests the city is not the whole of heaven, but merely its center.

50. Heaven contains some animals (including wolves, lambs, and lions), at least in its millennial phase (Isaiah 65:25). Even before the millennium, there are horses in heaven (Rev. 6:2-8; 19:11), enough for the armies of heaven to ride (Rev. 19:11; 2 Kings 6:17).

51. In heaven, we’ll eat and drink at a table with Christ and the redeemed saints from earth, communicating and fellowshipping and rejoicing with them (Matt. 8:11; Luke 22:29, 30; Rev. 19:9). 
 

Related Articles:

Rethinking our Beliefs about Heaven

Is There Awareness in Heaven of People and Events on Earth?

What Will Hell be like?

Eternal Rewards (Chart and overhead transparency reproductions)

Heaven Future Home, Present Reference Point (a sermon on heaven by Randy Alcorn)

For more information on the subject of Heaven, see Randy Alcorn's book Heaven.

Photo by Flash Alexander on Unsplash