Les Pieds Sur Terre, Les Veux Versle Ciel, Extrait (Touchpoints: Heaven, Excerpt)

By Randy Alcorn March 19, 2019

 

Introduction

L’Écriture révèle une vérité passionnante, mais étrangement négligée : Dieu n’a jamais abandonné son projet initial de faire vivre les humains sur la terre. En fait, le point culminant de l’histoire sera la création de nouveaux cieux et d’une nouvelle terre. Un univers ressuscité, habité par des personnes ressuscitées et qui vivront avec Jésus ressuscité. Telle est la vérité que nous allons explorer dans ce livre.

Un pasteur m’a, un jour, confessé ceci:

—Quand je pense au ciel, ça me déprime. Après ma mort, je préfèrerais cesser d’exister, tout simplement!

—Pourquoi donc? lui ai-je demandé.

—Je ne supporte pas l’idée de vivre dans cet interminable ennui. Savoir que nous flotterons au-dessus des nuages sans rien faire, juste à jouer de la harpe…tout cela me paraît affreusement ennuyeux! Le ciel n’a pas l’air franchement meilleur que l’enfer. Je préférerais ne plus exister plutôt que de passer l’éternité dans un tel endroit.

Comment est-ce possible?… ce pasteur croit en la Parole… il a suivi des études de théologie… alors, dites-moi: mais où donc a-t-il pu dénicher une telle image du ciel? Certainement pas dans les Écritures, là-même où Paul affirmait que s’en aller et être avec Christ était de loin meilleur que rester sur cette une terre maudite par le péché (Philippiens 1:23). Dans un moment de sincérité, mon ami a dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas sans oser l’exprimer. Comme ils sont nombreux, les chrétiens qui lui ressemblent… et qui se trompent sur le ciel!

Jésus dit du diable que «lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fond, car il est menteur et le père du mensonge» (Jean 8:44). Nous mentir au sujet du ciel est une des activités préférées de Satan. Il n’a pas besoin de nous convaincre que le ciel n’existe pas: il lui suffit de nous faire croire que cet endroit est un lieu d’ennui qui n’a aucun lien avec notre réalité terrestre. Si nous croyons ce mensonge, il aura réussi à nous voler cet avant-goût de joie dans notre attente. Nous nous attacherons alors davantage à cette vie présente qu’à la vie à venir. Nous perdrons toute motivation à partager notre foi. Pourquoi annoncer la «bonne nouvelle» d’un lieu éternellement ennuyeux et irréel que nous-mêmes ne sommes pas impatients de connaître?

Mais, bonne nouvelle, Jésus a quitté son ciel pour venir nous parler de son Père, de l’au-delà et du monde à venir. Pour entendre ce qu’il a à nous dire, nous devons nous détourner volontairement des mensonges du diable. Mais si nous le faisons, nous ne serons plus jamais les mêmes. Et nous ne voudrons plus jamais retourner à notre première condition. Certes, Satan ne peut pas empêcher le Christ de le vaincre. Mais il peut nous persuader que cette victoire n’est pas totale, et que Dieu pourrait encore abandonner son projet initial en faveur de l’humanité et de la terre. Satan nous voue une haine sans limite et il a la ferme intention de nous priver de notre joie. Cette joie qui serait la nôtre si nous avions une foi totale dans les promesses de Dieu concernant ce merveilleux monde à venir.

En refermant ce livre, vous serez capable de concevoir l’éternité en vous appuyant sur une solide base biblique. Vous comprendrez qu’il est inutile de lever les yeux vers les nuages pour essayer de comprendre à quoi ressemblera le ciel. En effet, puisque la nouvelle terre en sera un jour le centre, il vous suffit de regarder autour de vous et de l’imaginer… sans le péché, sans la mort, sans la corruption.

Alors, jetez un coup d’œil par la fenêtre. Allez vous balader dans la nature. Utilisez le don que Dieu vous a donné: dessinez un paysage, construisez une cabane, écrivez un livre, etc. Essayez d’imaginer la richesse de notre monde, mais dans sa condition originelle. Imaginez ce chien tout joyeux remuant la queue, et non cette bête hargneuse, battue ou affamée. Imaginez. Aucune fleur ne se fane. L’herbe reste toujours verte. Le ciel est toujours pur. Les gens sourient, ils sont heureux, jamais en colère, jamais abattus ou désemparés. Si vous ne vous trouvez pas actuellement dans un endroit particulièrement charmant, fermez les yeux et pensez à l’endroit le plus magnifique que vous ayez jamais connu. Puis ajoutez-y quelques palmiers, un torrent tumultueux, ou quelques sommets abrupts s’élançant majestueusement vers le ciel. Et d’imposantes cascades. Ou encore de larges pentes enneigées.

Pensez à vos amis ou à vos proches qui ont aimé Jésus et l’ont maintenant rejoint. Imaginez-vous avec eux. Vous arpentez ensemble cette nouvelle terre. Vos corps sont sains et robustes, plus puissants que celui d’un athlète médaillé des Jeux olympiques. Vous riez, vous flânez ensemble tout en évoquant le passé. Puis vous cueillez le fruit d’un pommier ou d’un figuier et croquez dedans: Waouh! Quel goût délicieux! Tiens, quelqu’un s’approche de vous: c’est Jésus, et son visage rayonne de joie! Vous tombez à genoux pour l’adorer. Il vous relève et vous prend dans ses bras.

Vous voilà enfin avec la personne pour laquelle vous avez été créé, à l’endroit qui vous était destiné. Où que vous irez, vous ferez de nouvelles rencontres et de nouvelles découvertes. Hmmm… une odeur alléchante vient vous titiller, celle d’un bon festin. Une fête se prépare… et vous y êtes invité! Il y a tant à explorer et à faire que vous trépignez d’impatience.

Toutes ces descriptions, et bien d’autres encore, je les tiens de la Bible. Examinez-les, vous aussi, et la prochaine fois que quelqu’un vous dira:

—C’est impossible de savoir à quoi ressemblera le ciel!

J’espère bien que vous serez capable de lui répondre:

—Moi, je peux l’imaginer.

 

 

Première Partie

Le ciel actuel

Selon la Bible,  où allons-nous  à notre mort?

Qu’est-ce que le «ciel actuel»?

Frères, nous désirons que vous connaissiez la vérité au sujet de ceux qui sont morts, afin que vous ne soyez pas tristes comme les autres, ceux qui n’ont pas d’espérance. 1 Thessaloniciens 4:13 –BFc

Je suis tiraillé des deux côtés: j’ai le désir de m’en aller et d’être avec Christ, ce qui est de beaucoup le meilleur. Philippiens 1:23

L’apôtre Paul est catégorique, nous devons absolument savoir ce qui arrive à notre mort: «Frères, nous désirons que vous connaissiez la vérité au sujet de ceux qui sont morts».

Ce livre parlera principalement du ciel éternel, l’endroit où nous vivrons pour toujours après la résurrection finale. Mais avant cela, examinons ce que la Bible dit d’un autre endroit. En effet, nous avons probablement tous déjà perdu des êtres chers, et nous-mêmes pourrions bien mourir avant le retour du Christ. Alors, où vont les chrétiens quand ils meurent? Dans quel lieu vivent-ils en attendant le retour du Christ et la résurrection finale?

Quand les chrétiens meurent, ils entrent dans ce qu’on appelle souvent «l’état intermédiaire». C’est une période de transition entre leur vie passée sur terre et leur future résurrection sur la nouvelle terre. Un état (ou lieu) intermédiaire est, par définition, temporaire. «Intermédiaire», cela ne décrit pas un endroit inachevé qui ne serait qu’une sorte de sous-ciel. C’est plutôt l’endroit où les chrétiens vivront entre leur vie ici-bas et le ciel «final», dont la nouvelle terre sera le cœur.

Vivre dans le ciel actuel après notre mort est «de beaucoup le meilleur». Meilleur que la vie sur cette terre maudite par le péché, séparée de la présence immédiate de Dieu. Le ciel actuel est un endroit merveilleux, mais ce n’est pas notre destination finale. Ce n’est pas le lieu que Dieu promet de remodeler pour que nous y vivions éternellement. Les enfants de Dieu sont destinés à vivre comme des êtres ressuscités sur une terre ressuscitée.

Deux ciels distincts existent-il aujourd’hui?

Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre, car le premier ciel et la première terre avaient disparu et la mer n’existait plus. apocalypse 21:1

Les livres sur le ciel négligent souvent de faire la distinction entre l’état intermédiaire et l’état éternel. Ils les décrivent dans un seul mot qui englobe ces différentes réalités: «le ciel». Mais cela nous empêche de comprendre d’importantes distinctions soulevées par la Bible.

Pour parler de l’endroit où vont les croyants après la mort, les théologiens utilisent l’expression de «ciel intermédiaire». Je l’emploierai de temps en temps. Mais le plus souvent, j’utiliserai une expression moins déroutante: «le ciel actuel». Les deux termes se réfèrent exactement au même endroit.

Le ciel actuel est une sorte de résidence temporaire où les saints qui décèdent vivent jusqu’au retour du Christ et la résurrection corporelle. Le ciel éternel, la nouvelle terre, sera notre véritable demeure éternelle: l’endroit où nous vivrons pour toujours avec notre Seigneur et toute sa famille. Les grandes promesses rédemptrices de Dieu trouveront leur accomplissement suprême sur la nouvelle terre, et non pas dans le ciel actuel.

Une fois que nous admettons la distinction entre ciel intermédiaire et ciel éternel, tout devient logique. Dieu ne change pas, il est immuable, mais il dit clairement que le ciel, lui, changera. Il sera un jour transféré sur la nouvelle terre. De même, ce que nous appelons aujourd’hui l’enfer sera lui aussi déplacé. Après le jugement du grand trône blanc, l’enfer sera jeté dans l’étang de feu éternel (Apocalypse 20:14-15).

Demeurons-nous conscients après la mort?

Le corps de l’homme s’en retourne à la terre d’où il a été tiré et le souffle de vie s’en retourne à Dieu qui l’a donné. Ecclésiaste 12:7 –BFC

Le pauvre mourut et fut porté par les anges auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi et fut enterré. Dans le séjour des morts, en proie à une grande souffrance il leva les yeux et vit de loin Abraham, avec Lazare à ses côtés. Il s’écria: «Père Abraham, aie pitié de moi et envoie Lazare pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau afin de me rafraîchir la langue, car je souffre cruellement dans cette flamme». Luc 16:22-24

Jésus lui répondit: «Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis». luc 23:43

Oui, nous sommes pleins de confiance et nous aimerions mieux quitter ce corps pour aller vivre auprès du Seigneur. 2 corinThiens 5:8

À sa mort, l’esprit humain rejoint soit le ciel, soit l’enfer. Le Christ dépeint Lazare et l’homme riche comme des personnes pleinement conscientes immédiatement après leur mort, qu’ils se trouvent au ciel ou en enfer. Jésus a dit au brigand sur la croix: «Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis». Après leur mort, les martyrs sont représentés dans le ciel, suppliant Dieu de faire justice sur la terre.

Ces textes montrent clairement qu’il n’existe pas de soidisant «sommeil de l’âme» (une longue période d’inconscience entre la vie sur terre et la vie au ciel). L’expression «s’endormir» a induit en erreur quelques commentateurs. Plusieurs textes montrent clairement que nous continuerons à être conscients après la mort. Ce «sommeil» ne serait donc qu’un euphémisme pour «mort» et ferait plutôt référence à l’aspect extérieur du corps. Lorsque l’esprit quitte le corps, notre existence sur terre se termine. La partie physique de notre être «dort» jusqu’à la résurrection finale, tandis que la partie spirituelle change de lieu pour aller s’installer dans une existence consciente dans le ciel.

Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel l’âme de ceux qui avaient été mis à mort à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent d’une voix forte: «Jusqu’à quand, Maître saint et véritable, tarderas-tu à faire justice et à venger notre sang sur les habitants de la terre?». Apocalypse 6:9-10

Dans le livre de l’Apocalypse, les êtres humains parlent et adorent dans le ciel, et cela se passe avant la résurrection finale des morts. Tous ces versets démontrent que nos êtres spirituels sont bel et bien conscients après la mort. Ils ne dorment pas.

Ceux qui évoquent un «sommeil de l’âme» s’accordent presque tous pour dire que l’âme quitte le corps à la mort et continue à vivre séparée de son corps. Mais cela ne tient pas. Tout d’abord, comment des êtres sans corps pourraient-ils dormir puisque le sommeil implique la présence d’un corps physique? Ensuite, nous savons que l’esprit continue d’être actif pendant le sommeil, comme nos rêves le démontrent.

Le ciel actuel est-il un endroit physique?

Après cela, je regardai et je vis une foule immense que personne ne pouvait compter. C’étaient des hommes de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue. Ils se tenaient debout devant le trône et devant l’Agneau, habillés de robes blanches, des feuilles de palmiers à la main. Apocalypse 7:9

Puis les sept anges qui avaient les sept trompettes se préparèrent à en sonner. Apocalypse 8:6

Je regardai et j’entendis un aigle qui volait très haut dans le ciel et qui disait d’une voix forte… Apocalypse 8:13

[Les prêtres sur terre] célèbrent un culte qui n’est que la copie et l’ombre des réalités célestes. Moïse en avait été averti alors qu’il allait construire le tabernacle: «Regarde, lui dit en effet le Seigneur, et fais tout d’après le modèle qui t’a été montré sur la montagne». Hébreux 8:5

L’Écriture regorge de passages qui décrivent les caractéristiques physiques du ciel actuel. On trouve dans ce ciel des rouleaux de manuscrits ou des instruments de musique. Les anciens y ont des visages, les martyrs y portent des vêtements, et certaines personnes brandissent même des branches de palmier. Des chevaux y entrent et en sortent. Et un aigle vole bien haut dans les airs. Ces objets ne seraient-ils que des symboles, sans aucune réalité physique? Quelques-uns, peut-être. Mais est-ce vraiment possible que tous le soient?

De nombreux commentateurs rejettent l’idée d’une interprétation littérale de ces textes de l’Apocalypse. Ce livre faisant partie de la littérature apocalyptique, il ne renfermerait, selon eux, que des figures de style. Alors, tournons-nous vers l’épître aux Hébreux: elle n’est pas du genre apocalyptique, mais bien épistolaire, n’est-ce pas ? Lorsque Moïse a reçu l’instruction de construire le tabernacle terrestre, Dieu lui a dit: «Regarde et fais tout d’après le modèle qui t’est montré sur la montagne» (Exode 25 : 40). Si la construction de Moïse était bien physique, le modèle ne serait-il pas lui aussi de nature bien physique? Selon l’auteur d’Hébreux, nous devrions considérer la terre comme un royaume dérivé d’un royaume source, le royaume céleste. Si nous acceptons cette réalité, nous devrons renoncer à l’idée que quelque chose qui existe dans l’un de ces royaumes puisse ne pas aussi exister dans l’autre. Autrement dit, il est très probable que ce qui existe dans un royaume existe également dans l’autre royaume, sous une forme ou une autre.

Vous vous êtes approchés du mont Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, et ses dizaines de milliers d’anges. Hébreux 12:22

Nous savons que la nouvelle Jérusalem sera une ville tout ce qu’il y a de plus matériel sur la nouvelle terre. Nous savons aussi qu’une ville appelée «Jérusalem» existe aujourd’hui dans le ciel actuel. Par conséquent, nous devrions considérer que cette ville actuelle existe bel et bien d’une manière physique.

Au vainqueur je donnerai à manger du fruit de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu. Apocalypse 2:7

Souvenez-vous de l’arbre de vie dans le jardin d’Éden. Ce même arbre s’élèvera un jour dans la nouvelle Jérusalem, sur la nouvelle terre (Apocalypse 22:2). Et maintenant, notez bien le temps utilisé en Apocalypse 2:7. L’arbre de vie se trouve, en ce moment-même, dans le ciel actuel. Il s’agit du même arbre… qui porte le même nom. Ne devra-t-il pas, lui aussi, posséder les caractéristiques physiques qui étaient les siennes en Éden? Si ce n’était pas le cas, pourrait-on encore l’appeler «l’arbre de vie»?

Possèdera-t-on un corps intermédiaire dans le ciel intermédiaire?

L’Éternel Dieu façonna l’homme avec la poussière de la terre. Il insuffla un souffle de vie dans ses narines et l’homme devint un être vivant. Genèse 2:7

Les êtres humains n’ont pas, contrairement à Dieu et aux anges, une nature uniquement spirituelle (Jean 4:24; Hébreux 1:14). Ils possèdent une nature à la fois physique et spirituelle. Dieu n’a pas créé l’esprit d’Adam pour le placer ensuite dans un corps. Il a d’abord créé un corps, puis a soufflé en lui un esprit. À aucun moment de l’histoire, un être humain n’a existé sans son corps. Nous ne sommes pas, par nature, des esprits qui habitent des corps. Nous sommes aussi physiques que spirituels. Nous ne pouvons pas être pleinement humains sans posséder à la fois un esprit et un corps.

Tout au long de la Bible, le ciel intermédiaire et ses habitants sont régulièrement décrits en des termes physiques. On pourrait donc penser que Dieu nous accordera une certaine condition physique temporaire, entre nos vies terrestres et la résurrection corporelle à venir. Rien de certain, mais le débat est ouvert! Cette forme physique nous permettrait d’agir en tant qu’êtres humains pendant que nous sommes dans cet état non naturel qui se situe «entre deux corps», c’est-à-dire en attendant notre résurrection corporelle. Cela expliquerait, en tout cas, les nombreuses références aux habitants du ciel actuel qui occupent l’espace physique, portent des vêtements ou des couronnes et brandissent des branches de palmiers.

Cela expliquerait aussi les descriptions de certaines parties de leur corps, comme le doigt de Lazare en Luc 16:24.

J’allai donc vers l’ange et lui demandai de me donner le petit livre. Il me dit: «Prends-le et avale-le; il sera amer dans ton ventre, mais dans ta bouche il sera doux comme du miel». Je pris le petit livre de la main de l’ange et je l’avalai. Dans ma bouche, il fut doux comme du miel, mais quand je l’eus avalé, mon ventre fut rempli d’amertume. Apocalypse 10:9-10

L’apôtre Jean avait, de toute évidence, un corps lorsqu’il a visité le ciel. Il a pris et tenu des choses dans sa main; il en a mangé et goûté d’autres. Rien, dans le texte, n’exige une interprétation symbolique. Si vous le croyez, ce n’est pas à cause de votre lecture objective, mais parce que vous présupposez que le ciel et ses habitants ne possèdent pas de dimension physique. Lorsque Jean mange le petit livre (Apocalypse 10), le récit établit un parallèle étroit avec l’épisode d’Ézéchiel 3:1-3. Clairement, ces deux épisodes ont une portée symbolique, mais il n’empêche que les deux hommes semblent bien avoir littéralement avalé quelque chose.

Et je sais que cet homme –était-ce dans son corps ou à l’extérieur de son corps, je l’ignore, mais Dieu le sait. 2 Corinthiens 12:3

Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous à regarder le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel du milieu de vous reviendra de la même manière que vous l’avez vu aller au ciel. Actes 1:11

Un article fondamental de la foi chrétienne déclare que le Christ ressuscité demeure désormais au ciel. Selon la Bible, après sa résurrection, il vivait dans un corps bien physique. Et toujours selon la Bible, ce même Jésus physique est monté au ciel, d’où il reviendra un jour. De toute évidence, le ciel actuel contient au moins un corps physique!

Puisque le Christ se trouve physiquement au ciel intermédiaire, il va sans dire que d’autres personnes pourraient s’y trouver avec un tel aspect physique, même si leur corps n’était que provisoire. Si nous savons qu’il existe effectivement une forme physique dans le ciel (le corps du Christ), pourquoi alors ne pas interpréter de manière littérale les autres références à des objets physiques du ciel, tant les individus que leurs vêtements?

C’est à cause de sa foi qu’Hénoc a été enlevé pour échapper à la mort, et on ne l’a plus retrouvé parce que Dieu l’avait enlevé. Hébreux 11:5

Alors qu’ils continuaient à marcher tout en parlant, un char et des chevaux de feu les séparèrent l’un de l’autre et Élie monta au ciel dans un tourbillon. Élisée regardait […]. Puis il ne le vit plus. 2 Rois 2:11-12

Hénoc et Élie semblent avoir été enlevés au ciel dans leur corps physique. Le corps d’Hénoc n’était plus là pour qu’on l’enterre: il «n’a pas été trouvé» (Septante). Comme Hénoc, Élie fut enlevé au ciel sans mourir et sans laisser de corps derrière lui. Nous voilà donc avec au moins une, mais peutêtre même trois personnes qui habitent au ciel avec un corps. D’autres personnes ne pourraient-elles pas, elles aussi, y habiter physiquement?

Comprenez-moi bien: selon l’Écriture, nous ne recevons pas nos corps ressuscités immédiatement après la mort. C’est un point de doctrine essentiel: la résurrection n’a pas lieu au fur et à mesure que les chrétiens quittent cette terre. Si nous jouissons d’une forme intermédiaire dans le ciel intermédiaire, les corps que nous possédons ne sont pas nos vrais corps d’ici-bas, ceux que nous laissons derrière nous à notre mort.

La continuité concerne seulement notre corps d’origine et notre corps de résurrection.

Il se pourrait donc que nous prenions une forme matérielle après la mort. Si j’en parle, c’est seulement à cause des nombreux passages qui décrivent des formes physiques au ciel. Mais si c’est bien le cas, ces formes ne seraient que des réceptacles temporaires. Peut-être un peu comme ces corps à l’apparence humaine que prennent les anges lorsqu’ils nous rendent visite. Par contre, ces formes seraient bien distinctes de nos vrais corps d’ici-bas: ceux-ci demeurent dans la mort jusqu’à la résurrection finale. Ces formes physiques, que nous posséderons juste après la mort, ne laissent pas sous-entendre que la résurrection future est inutile. Ce serait une mauvaise façon de comprendre les choses.

Serons-nous jugés à notre mort?

En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est pas par les œuvres, afin que personne ne puisse se vanter. Ephésiens 2:8-9

Il nous a sauvés. Et il ne l’a pas fait à cause des actes de justice que nous aurions pu accomplir, mais conformément à sa compassion, à travers le bain de la nouvelle naissance et le renouvellement du Saint-Esprit. Tite 3:5

À notre mort, nous serons confrontés à un jugement, parfois appelé «le jugement de la foi». Suite à ce jugement, nous saurons si nous allons au ciel actuel ou dans l’enfer actuel. Ce jugement initial ne s’appuie pas sur nos œuvres, mais sur notre foi, elle-même étant «le don de Dieu». Ce jugement ne concerne pas ce que nous aurons fait au cours de notre vie, mais sur ce que le Christ aura fait pour nous. Avez-vous accepté la mort expiatoire de Christ pour vous? Si oui, lorsque Dieu vous jugera après votre mort, il ne verra que le sacrifice de son Fils pour vous, pas votre péché. Le salut est un don gratuit, et nous ne pouvons absolument rien faire pour y contribuer. Nous ne pouvons que le recevoir en toute humilité.

Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère? Nous comparaîtrons tous, en effet, devant le tribunal de Christ, car il est écrit: «Je suis vivant, dit le Seigneur, chacun pliera le genou devant moi et toute langue rendra gloire à Dieu». Ainsi donc, chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même. Romains 14:10-12

En effet, il nous faudra tous comparaître devant le tribunal de Christ afin que chacun reçoive le salaire de ce qu’il aura fait, bien ou mal, alors qu’il était dans son corps. 2 Corinthiens 5:10

L’œuvre de chacun sera dévoilée: le jour du jugement la fera connaître, car elle se révélera dans le feu et l’épreuve du feu indiquera ce que vaut l’œuvre de chacun. Si l’œuvre que quelqu’un a construite sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. 1 corinThiens 3:13-14

Nous devons bien distinguer ce premier jugement du jugement final. Le premier est le «jugement de la foi». Le second, qui lui succédera, sera «le jugement des œuvres». Croyants et non-croyants feront tous deux face à un jugement final. Selon la Bible, tous les croyants se tiendront devant le trône du jugement de Christ pour rendre compte de ce qu’ils auront fait durant leur vie. Attention! Ce jugement est un jugement des œuvres, pas celui de la foi. Notre salut ne dépendra pas de nos œuvres, mais nos récompenses oui. Nous serons sauvés sur la base de l’œuvre du Christ en notre faveur; nous serons récompensés sur la base de nos œuvres en sa faveur.

À quoi ressemble la vie au ciel?

Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel l’âme de ceux qui avaient été mis à mort à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent d’une voix forte: «Jusqu’à quand, Maître saint et véritable, tarderas-tu à faire justice et à venger notre sang sur les habitants de la terre?». Une robe blanche fut donnée à chacun d’eux et ils reçurent l’ordre de rester en repos un petit moment encore, jusqu’à ce que le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères et sœurs qui devaient être mis à mort comme eux soit au complet. Apocalypse 6:9-11

Ces personnes dans le ciel ont été tuées à cause de leur foi en Christ. Leur passage de la terre au ciel n’a pas modifié leur identité: il existe une continuité directe entre qui nous sommes sur la terre et qui nous serons au ciel. On se souviendra de ce que les habitants du ciel ont fait au cours de leur vie sur terre. S’ils «crièrent d’une voix forte», c’est qu’ils étaient capables de s’exprimer de manière audible. Les habitants du ciel intermédiaire peuvent faire entendre leur voix. Ils sont donc capables de raisonner, de communiquer et d’éprouver des émotions –voire de la passion –tout comme les humains restés sur terre. Le fait que ces martyrs portent des robes blanches permet de penser à des formes physiques réelles (des esprits désincarnés ne porteraient pas de robes). Ils posent librement des questions à Dieu, ce qui signifie qu’ils peuvent s’entretenir avec lui. Cela implique aussi qu’ils ont encore besoin d’apprendre. Ces personnes demandent à comprendre. Et puis, le ciel actuel n’est pas un lieu intemporel. Les gens sont conscients du temps qui passe; ils ont hâte d’assister au jour du jugement du Seigneur. Dieu leur répond qu’ils doivent «rester en repos un petit moment encore». Qui dit attente dit forcément passage du temps. Et si tout cela s’applique à un groupe de martyrs, pourquoi ne pas l’appliquer aux autres habitants du ciel? Il y a tout lieu de croire que ce qui est vrai pour eux l’est également pour nos proches qui y résident déjà… et pour nous lorsque viendra notre heure.

Les habitants du ciel se souviennent-ils de leur vie sur terre?

L’âme de ceux qui avaient été mis à mort […] crièrent d’une voix forte: «Jusqu’à quand, Maître saint et véritable, tarderas-tu à faire justice et à venger notre sang sur les habitants de la terre?». Apocalypse 6:9-10

Les martyrs d’Apocalypse 6 se souviennent clairement d’une partie au moins de leur vie sur terre, en particulier de leurs terribles souffrances. S’ils se souviennent de leur martyre, pourquoi oublieraient-ils d’autres aspects de leur vie terrestre? En fait, nous nous souviendrons probablement de beaucoup plus de choses une fois au ciel que lorsque nous étions encore sur la terre. Nous comprendrons qu’à telle ou telle période de notre vie, Dieu (ou des anges) nous avait secourus alors même que nous n’en avions pas conscience sur le moment.

La mémoire est un élément essentiel de la personnalité. Si c’est vraiment nous qui sommes au ciel, nous continuerons à nous souvenir de la terre. Le ciel nous purifie, certes, mais il n’altère pas ou ne supprime pas nos origines ou notre histoire.

Nous nous souviendrons certainement de la manière dont le Dieu de grâce est intervenu dans nos vies. Comment il nous a consolés, rassurés, soutenus, et nous a donné la force de vivre pour lui.

Abraham répondit: «Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie et que Lazare a connu les maux pendant la sienne ; maintenant, il est consolé ici et toi, tu souffres». Luc 16:25

Quand il interpelle l’homme riche en enfer, Abraham lui demande de se rappeler sa vie sur terre. De toute évidence, l’homme est capable de le faire. En fait, le contexte montre qu’il se souvient de ses frères et même de l’état de leur cœur, puisqu’il s’en inquiète auprès d’Abraham.

Au ciel, ceux qui auront traversé des épreuves, comme Lazare, seront consolés. Qui dit réconfort dit souvenir de l’événement. De quoi donc pourrions-nous être consolés si nous ne nous souvenions de rien?

En effet, il nous faudra tous comparaître devant le tribunal de Christ afin que chacun reçoive le salaire de ce qu’il aura fait, bien ou mal, alors qu’il était dans son corps. 2 Corinthiens 5:10

Je vous le dis: le jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole inutile qu’ils auront prononcée. Matthieu 12:36

Après notre mort, nous rendrons compte de notre vie sur terre. Nous parlerons d’actions précises, avec des mots précis. Il faut donc bien pouvoir s’en rappeler pour les communiquer. D’autant que nous serons tenus responsables de tout, y compris de ce que nous avons oublié (pour l’instant). Notre mémoire sera donc décuplée au ciel. La vie après la mort n’effacera pas nos souvenirs. Au contraire, elle renforcera notre mémoire à la perfection.

Puis j’entendis du ciel une voix qui disait: «Écris: “Heureux les morts qui meurent dans le Seigneur, et ce dès maintenant! Oui, dit l’Esprit, ainsi ils se reposent de leurs travaux, mais leurs œuvres les suivent”». Apocalypse 14:13

Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où les mites et la rouille détruisent et où les voleurs percent les murs pour voler, mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où les mites et la rouille ne détruisent pas et où les voleurs ne peuvent pas percer les murs ni voler! En effet, là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. Matthieu 6:19-21

Dieu tient une sorte de registre dans le ciel. Il y a inscrit toutes les actions terrestres des hommes, croyants ou non. Nos actions justes et droites ne seront pas oubliées, elles nous suivront au ciel. Les postes élevés que nous occuperons et les trésors que nous aurons accumulés au ciel rappelleront constamment notre vie sur terre. Parce que Dieu nous récompensera en tenant compte de ce que nous y aurons fait.

Voit-on, du ciel, ce qui se passe sur terre?

Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel l’âme de ceux qui avaient été mis à mort à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent d’une voix forte: «Jusqu’à quand, Maître saint et véritable, tarderas-tu à faire justice et à venger notre sang sur les habitants de la terre?». Apocalypse 6:9-10

Les martyrs dans le ciel savent que Dieu n’a pas encore jugé leurs persécuteurs. Ils voient donc, dans une certaine mesure, ce qui se passe sur terre.

Ciel, réjouis-toi à cause d’elle! Et vous, les saints, les apôtres et les prophètes, réjouissez-vous aussi, car Dieu vous a fait justice en la jugeant. Apocalypse 18:20

À la chute de Babylone, un ange vient annoncer l’événement aux habitants du ciel. Ceux-ci sont donc au courant de ce qui se passe sur terre.

Après cela, j’entendis dans le ciel comme la voix forte d’une foule immense qui disait: «Alléluia! Le salut, la gloire et la puissance sont à notre Dieu. Oui, ses jugements sont vrais et justes, car il a jugé la grande prostituée qui corrompait la terre par son immoralité et il a vengé ses serviteurs en lui redemandant leur sang, qu’elle avait versé». Apocalypse 19:1-2

Les habitants du ciel louent Dieu pour des événements spécifiques qui viennent d’avoir lieu sur terre, en l’occurrence un jugement. Encore une fois, les saints dans le ciel comprennent clairement ce qui se passe sur terre. Les Terriens ignorent peut-être ce qui se passe au ciel, mais les habitants du ciel, eux, n’ignorent pas ce qui se passe sur terre. Du moins en partie.

Et voici que deux hommes s’entretenaient avec lui: c’étaient Moïse et Élie; apparaissant dans la gloire, ils parlaient de son prochain départ qui allait s’accomplir à Jérusalem. Luc 9:30-31

Moïse et Élie descendent du ciel pour rejoindre Jésus sur terre, lors de la Transfiguration. Ils semblent alors pleinement conscients du drame auquel ils participent. Ils comprennent bien ce qui est en train de se tramer sur terre; le plan rédempteur que Dieu est sur le point de déployer. Preuve en est qu’ils s’entretiennent avec Jésus de la manière dont il quitterait ce monde. Ils comprenaient bien mieux que ses disciples tous les enjeux des événements à venir.

Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Si seulement tu étais froid ou bouillant! Apocalypse 3:15

Au ciel, le Christ suit de très près tout ce qui survient sur terre, en particulier dans la vie du peuple de Dieu. Si le Dieu souverain porte ainsi son attention sur terre, pourquoi ses sujets célestes ne le feraient pas eux aussi? Quand une grande guerre éclate dans un pays, les citoyens sont-ils gardés dans l’ignorance ou au contraire sont-ils tenus au courant, eux aussi.

Imaginez qu’un scénariste, un producteur et des acteurs tournent un film à gros budget. À votre avis, que feraient leurs amis ainsi que tous ceux qui partagent un intérêt financier dans l’histoire? Se désintéresseraient-ils du film? Ils le regarderaient évidemment tous très attentivement!

De même, je vous le dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent. Luc 15:10 –COL

Avez-vous remarqué? Le verset ne parle pas de la joie des anges, mais d’une joie qui éclate en présence des anges. Qui laisse éclater sa joie? En toute logique, il s’agit non seulement de Dieu, mais aussi des saints dans le ciel, émerveillés par le miracle de la conversion des hommes… en particulier celles de leurs amis et de leurs proches encore sur terre. Par conséquent, ils doivent être conscients de ce qui se déroule sur terre. Et pas seulement sur un plan général, mais aussi sur un plan plus particulier: lors de la conversion d’individus.

Les habitants du ciel prient-ils pour ceux qui vivent sur terre?

[Les martyrs] crièrent d’une voix forte: «Jusqu’à quand, Maître saint et véritable, tarderas-tu à faire justice et à venger notre sang sur les habitants de la terre?». Apocalypse 6:10

Réfléchissons sur la base de données bibliques. Selon ce passage, les saints qui vivent désormais au ciel actuel intercèdent dans la prière. Ne serait-ce que de temps en temps. Ils prient pour ceux d’entre nous qui vivent encore sur terre. Les martyrs dans le ciel demandent à Dieu qu’il prenne des mesures spécifiques ici-bas. Ils prient pour que sa justice éclate sur terre. Leur intercession agit directement en faveur des chrétiens qui souffrent ici et maintenant.

Quels sont vos présupposés concernant le ciel? Croyezvous que les habitants du ciel ignorent ce qui se passe sur terre? Ou qu’ils y sont indifférents? Dans ce cas, vous en déduirez qu’ils ne prient pas pour les habitants de la terre. Ou alors, croyez-vous qu’ils soient au courant des événements terrestres? Qu’ils parlent à Dieu de son plan, de son dessein et de son peuple? Dans ce cas, vous en déduirez qu’ils prient probablement pour les habitants de la terre. Si prier, c’est tout simplement parler à Dieu, nous prierons bien plus au ciel que nous ne le faisons maintenant sur la terre.

Le ciel est-il encore le ciel quand on a conscience du mal qui arrive sur terre?

Puis j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait: «Maintenant le salut est arrivé, ainsi que la puissance, le règne de notre Dieu et l’autorité de son Messie. En effet, il a été jeté dehors, l’accusateur de nos frères et sœurs, celui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu. Ils l’ont vaincu grâce au sang de l’Agneau et grâce à la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie au point de craindre la mort. C’est pourquoi réjouis-toi, ciel, et vous qui habitez le ciel. Mais malheur à vous, habitants de la terre et de la mer, car le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, sachant qu’il lui reste peu de temps». Apocalypse 12:10-12

Il s’écria: «Père Abraham, aie pitié de moi et envoie Lazare pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau afin de me rafraîchir la langue, car je souffre cruellement dans cette flamme». Abraham répondit: «Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie et que Lazare a connu les maux pendant la sienne; maintenant, il est consolé ici et toi, tu souffres». Luc 16:24-25

Nombreux sont ceux qui refusent l’idée qu’au ciel, nous sommes conscients de tout ce qui se passe sur terre, tant au niveau des personnes que des événements. Nous serions trop malheureux d’observer toute la souffrance et le mal, argumentent-ils, et le ciel ne serait pas vraiment le ciel. Mais cet argument ne tient pas. Après tout, Dieu sait exactement tout ce qui se passe sur terre, et le ciel n’en est pas moins le ciel pour lui. De même, le ciel ne perd rien de sa saveur aux yeux des anges, bien qu’ils soient tout aussi conscients des atrocités sur terre. Plus encore, les anges du ciel observent les tourments de l’enfer, et cela n’affecte en rien leur joie dans la présence de Dieu.

Abraham et Lazare ont vu les agonies de l’homme riche en enfer, mais le paradis n’a pas cessé d’être le paradis pour autant. Tous les habitants du ciel n’ont peut-être pas la capacité d’observer l’enfer, mais selon ce passage, Dieu le permet dans certains cas. Et cela ne diminue pas la joie que son peuple éprouve au ciel.

Il tomba par terre et entendit une voix lui dire: «Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?». Il répondit: «Qui es-tu, Seigneur?». Et le Seigneur dit: «Moi, je suis Jésus, celui que tu persécutes». Actes 9:4-5

Ici, le Christ s’identifie aux chrétiens persécutés sur terre. Il souffre donc pour son peuple alors même qu’il se trouve au ciel. Si Jésus souffre ainsi pour ses disciples alors qu’il est dans le ciel, d’autres habitants du ciel ne pourraient-ils pas eux aussi être en peine en voyant ce qui se passe sur la terre? C’est une chose de ne plus pleurer parce qu’il n’y a plus aucune raison de pleurer (ce qui sera vrai sur la nouvelle terre), mais c’en est une autre de ne plus pleurer alors que la souffrance existe encore sur terre. Le fait d’entrer dans la présence du Christ ne nous rend certainement pas moins compatissants.

Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car ce qui existait avant a disparu. Apocalypse 21:4

Christ essuiera toutes nos larmes et nous ne souffrirons plus lorsque nous serons sur la nouvelle terre, mais cette promesse s’accomplira plus tard. Il faudra attendre après l’ancienne terre, après le jugement du grand trône blanc. L’ancien ordre des choses et la souffrance sur terre devront d’abord disparaître. Le ciel actuel est une chose, le ciel éternel en est une autre. Certes, tout chagrin aura disparu de la nouvelle terre, notre demeure éternelle. Le ciel actuel a beau nous réserver un bonheur plus grand que sur la terre (qui est sous la malédiction du péché), rien n’indique qu’il sera exempt de chagrin. En même temps, les habitants du ciel ne sont pas de petits êtres fragiles dont la joie volerait en éclats s’ils apprenaient ce qui se passait réellement dans l’univers. Au ciel, le bonheur, ce n’est pas ignorer ce qui se passe, c’est vivre les choses sous un autre angle.

Vivrons-nous au ciel pour toujours?

Je crée un nouveau ciel et une nouvelle terre. On ne se souviendra plus des premiers événements, ils ne viendront plus à l’esprit. Esaïe 65:17

Je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une mariée qui s’est faite belle pour son époux. J’entendis une voix forte venant du ciel qui disait: «Voici le tabernacle de Dieu parmi les hommes! Il habitera avec eux, ils seront son peuple et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car ce qui existait avant a disparu». Apocalypse 21:2-4

Tout dépend de ce que nous entendons par le mot « ciel ». Serons-nous toujours en présence du Seigneur? Absolument! Serons-nous en sa présence exactement dans le même ciel qu’aujourd’hui? Non.

À notre mort, nous rejoindrons le ciel intermédiaire, tout joyeux, et nous serons dans la présence du Christ. Mais nous attendrons impatiemment notre résurrection corporelle et notre transfert vers la nouvelle terre. Dans le ciel actuel, nous attendrons le retour du Christ sur terre, notre résurrection corporelle, le jugement final et la création des nouveaux cieux et de la nouvelle terre.

Selon le contexte d’Ésaïe 65:17, Dieu ne dit pas que nous ne nous souviendrons plus de notre vie sur l’ancienne terre. Il dit plutôt que nos anciennes expériences négatives de la vie ici-bas n’éclipseront jamais notre bonheur sur la nouvelle terre. Nous profiterons d’ailleurs de notre vie sur la nouvelle terre d’autant plus que nous nous rappellerons ce qu’était vivre sous le péché, sous la malédiction et dans la souffrance. Vous appréciez toujours mieux un endroit chaud et lumineux après être passé par un lieu froid et obscur.

Photo by frank mckenna on Unsplash 

Randy Alcorn, founder of EPM

Randy Alcorn (@randyalcorn) is the author of fifty-some books and the founder and director of Eternal Perspective Ministries