Faire confiance à Dieu, même quand la douleur semble dénuée de sens (Trusting God When the Pain Seems Pointless)

J'ai écrit neuf romans. Si vous pouviez interviewer les personnages de mes livres en leur demandant: « Souhaitez-vous souffrir moins ? », je suis convaincu qu'ils vous répondraient: « Oui! »

J'ai de la compassion pour mes personnages. En tant qu'auteur, je sais que toutes leurs souffrances en vaudront la peine à la fin, car elles sont essentielles à leur croissance et participent à l'histoire rédemptrice.

Il en va de même pour nous. Nous faisons tous partie de l'histoire écrite par Dieu. Nous faisons partie de quelque chose qui nous dépasse largement et Dieu nous appelle à Lui faire confiance pour écrire cette histoire ensemble, afin que dans l'éternité nous L'adorerions continuellement, étonnés par le génie absolu de Ses intrigues.

La douleur est-elle vaine?

De même que mes personnages fictifs n'ont aucune idée de mes plans, nous aussi nous manquons de perspective pour voir comment certaines parties de nos vies s'insèrent dans le plan global de Dieu.

Certains événements, comme le cancer, les handicaps, les accidents et autres pertes et chagrins, nous semblent désespérément dénués de sens. Cependant, ne pas voir de finalité à la souffrance ne prouve pas qu'il n'y en a pas.

Joni Eareckson Tada célébrait l'année dernière sa cinquantième année dans un fauteuil roulant. Le terme « célébrer » est-il incongru ? Il l'aurait certainement été pour la Joni de l'époque, celle de 17 ans qui voulait désespérément mettre fin à ses jours. Pourtant si l'on regarde le chemin qu'elle a parcouru, son caractère a évolué de manière exceptionnelle: Dieu l'a utilisée pour toucher de nombreuses vies, y compris dans ma famille.

Les Écritures nous enseignent que dans les mains aimantes de notre Dieu souverain, aucune des souffrances que nous traversons n'est futile, jamais, peu importe ce que nous en pensons sur le moment.

Combien de fois Dieu a-t-il un but lorsqu'il nous fait vivre des événements qui nous semblent insensés?

Toutes les choses concourent à notre bien éternel

Romains 8:28 est l'une des déclarations les plus frappantes de l'Écriture: « Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. » (NEG79) Le contexte montre que, dans un monde qui gémit et qui suffoque, la préoccupation de Dieu est de conformer Ses enfants à l'image du Christ. Il utilise les circonstances difficiles de notre vie pour nous amener à ressembler toujours plus à Christ.

Dans d'autres passages de l'Ancien Testament similaires à Romains 8:28, Joseph dit à ses frères (qui l'avaient vendu en esclavage): « Vous aviez médité de me faire du mal: Dieu l'a changé en bien, pour accomplir ce qui arrive aujourd'hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux. » (Genèse 50:20)

« Dieu l'a changé en bien » indique que Dieu n'a pas simplement tiré le meilleur d'une mauvaise situation. Au contraire, pleinement conscient de ce que feraient les frères de Joseph et autorisant alors librement leur péché, Dieu a voulu que cette mauvaise situation soit utilisée favorablement.

Il l'a fait conformément à Son plan depuis l'éternité passée. Les enfants de Dieu ont été « prédestinés suivant le plan de celui qui opère toutes choses d'après le conseil de sa volonté. » (Éphésiens 1:11)

Rien dans la vie de Joseph ne suggère que Dieu travaille différemment dans la vie de ses autres enfants. En fait, Romains 8:28 et Ephésiens 1:11 insistent sur le fait qu'il travaille exactement de la même manière avec nous.

Croyez-vous en la promesse de Romains 8:28? Identifiez les pires choses qui vous sont arrivées, puis demandez-vous si vous faites confiance à Dieu pour qu'il utilise toutes ces choses pour votre bien. La Bible affirme qu'il le fera.  

Le cadeau de notre confiance

Si nous supposons naïvement que notre Père n'a aucun droit à notre confiance (à moins qu'Il ne nous révèle sa sagesse infinie), nous créons une situation inextricable à cause de nos limites, et non des siennes (voir Ésaïe 55: 8-9).

Comme Joseph l'avait un jour expérimenté, Dieu nous donne parfois un aperçu de sa logique. Il y a quelque temps, un de mes amis a enduré un grave accident et un rétablissement douloureux. Mais cet accident lui a sauvé la vie. Car les tests médicaux qui ont suivi ont révélé un état de santé (non dû à l'accident) nécessitant une attention immédiate.

Dans ce cas de figure, l'une des raisons de l'accident est devenue claire. Dans d'autres cas, nous ne les connaissons pas. Nous ne savons pas tout. Alors pourquoi supposons-nous que notre ignorance des motifs signifie qu'il n'y en a pas? Seul Dieu est en mesure de déterminer ce qui est utile et ce qui ne l'est pas. (La mort atroce de Jésus ne paraissait-t-elle pas gratuite et inutile à l'époque?)

Prendre de l'avance sur la joie éternelle

Je suis certain que Joseph, étant donné ses options face à ses épreuves, aurait préféré sortir de l'histoire de Dieu. Si vous demandiez à Job au milieu de son malheur (avec ses dix enfants morts, son corps couvert de furoncle et en apparence abandonné de Dieu) s'il veut sortir lui aussi de l’histoire de Dieu, il vous aurait répondu : « Pourquoi n'ai-je pas péri à la naissance? » (Job 3:11)

Mais tout est fini maintenant.

Sur la Nouvelle Terre, si vous vous asseyez à côté de Job, de Joseph et de Jésus lors d'un somptueux banquet et que vous leur demandez: « Est-ce que tout ça en valait vraiment la peine? », Job répondrait « Absolument »; Joseph acquiescerait avec insistance; et on peut aisément deviner la réponse de Jésus.

Un jour, nous comprendrons nous aussi les miséricordes de Dieu dans leur contexte global et avec le point de vue de l'éternité. Le sens des situations que nous ne comprenions pas, et d'autres qui nous avaient laissé une certaine amertume, nous sera enfin donné.

Nous nous demanderons pourquoi nous avons prié pour ressembler davantage à Jésus, tout en suppliant Dieu de nous épargner ces situations qui répondaient à nos prières.

« C'est pourquoi nous ne perdons pas courage (...) car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles. » (2 Corinthiens 4:16-18)

La foi, c'est croire dès aujourd'hui qu'un jour nous verrons que cela a toujours été vrai.

N'attendons pas cinq minutes après notre mort pour croire que Dieu a toujours eu raison. Apprenons à le faire dès à présent en gardant les yeux rivés sur notre Rédempteur plein de grâce, souverain et toujours intentionnel. 

---------------

Sauf mention contraire, toutes les citations bibliques sont tirées de la traduction de la Nouvelle Edition de Genève 1979.


Trusting God When the Pain Seems Pointless

I’ve written nine novels. Suppose you could interview characters from my books. If you asked them, “Would you like to suffer less?” I’m sure they’d answer, “Yes!”

I empathize with my characters. But as the author, I know that in the end all their suffering will be worth it, since it’s critical to their growth, and to the redemptive story.

God has written each of us into His story. We are part of something far greater than ourselves. God calls upon us to trust Him to weave that story together, so that, in the end that will never end, we will worship Him, slack-jawed at the sheer genius of His interwoven plot lines.

Pointless Pain?

But like my fictional characters, who are clueless to my strategies, we lack the perspective to see how parts of our lives fit into God’s overall plan. Cancer, disabilities, accidents, and other losses and sorrows appear devastatingly pointless. However, just because we don’t see any point in suffering doesn’t prove there is no point.

Joni Eareckson Tada is celebrating her fiftieth year in a wheelchair. Does celebrating seem the wrong word? It certainly would have to Joni as a 17-year-old desperately wanting to end her life. Yet looking back, we see her exponential character growth and the countless lives — my family’s included — God has touched through Joni. Scripture teaches us that in our sovereign God’s loving hands, no suffering we face is ever purposeless, no matter how it seems at the moment.

How many times does God have a purpose in events that seem senseless when they happen?

All Things for Our Eternal Good

Romans 8:28 is one of the most arresting statements in Scripture: “We know that for those who love God all things work together for good, for those who are called according to his purpose.” The context shows that in a groaning, heaving world, God’s concern is conforming His children to Christ’s image. And He works through the challenging circumstances of our lives to develop our Christlikeness.

In the Romans 8:28 of the Old Testament, Joseph said to his brothers (who’d sold him into slavery), “As for you, you meant evil against me, but God meant it for good, to bring it about that many people should be kept alive” (Genesis 50:20).

“God meant it for good” indicates God didn’t merely make the best of a bad situation; rather, fully aware of what Joseph’s brothers would do, and freely permitting their sin, God intended that the bad situation be used for good. He did so in accordance with His plan from eternity past. God’s children have “been predestined according to the purpose of him who works all things according to the counsel of his will” (Ephesians 1:11).

Nothing about God’s work in Joseph’s life suggests He works any differently in the lives of His other children. In fact, Romans 8:28 and Ephesians 1:11 are emphatic that He works the same way with us.

Do you believe the promise of Romans 8:28? Identify the worst things that have happened to you, and then ask yourself if you trust God to use those things for your good. The Bible asserts that He will.

The Gift of Our Trust

If we foolishly assume that our Father has no right to our trust unless He makes His infinite wisdom completely understandable, we create an impossible situation — not because of His limitations, because of ours (see Isaiah 55:8–9).

Occasionally, like Joseph eventually experienced, God gives us glimpses of His rationale. Some time ago, a friend of mine endured a serious accident and a painful recovery. But it saved his life. Medical tests revealed an unrelated condition that needed immediate attention.

In that case, a compelling reason for the accident became clear. In other cases, we don’t know the reasons. But given all that we don’t know, why do we assume our ignorance of the reasons means there are no reasons? Only God is in the position to determine what is and isn’t pointless. (Didn’t the excruciating death of Jesus appear both gratuitous and pointless at the time?)

A Head Start on Eternal Joy

Given the option while facing his trials, I’m confident Joseph would have walked off the stage of God’s story. In the middle of Job’s story — with ten children dead, his body covered in boils, apparently abandoned by God — ask him if he wants out. I know his answer because in Job 3:11 he said, “Why did I not perish at birth?”

But that’s all over now. On the coming New Earth, sit by Job and Joseph and Jesus at a lavish banquet. Ask them, “Was it really worth it?

“Absolutely,” Job says. Joseph nods emphatically. No need to wonder how Jesus will respond.

One day, we too will see in their larger context, with an eternal perspective, God’s severe mercies, some of which we never understood, and others we resented. We’ll wonder why we prayed to be more like Jesus but then begged God to remove what He sent to answer those prayers.

“Therefore we do not give up. . . . For our momentary light affliction is producing for us an absolutely incomparable eternal weight of glory. So we do not focus on what is seen, but on what is unseen. For what is seen is temporary, but what is unseen is eternal” (2 Corinthians 4:16–18, CSB).

Faith is believing today what one day, in retrospect, we will see to have been true all along.

Let’s not wait until five minutes after we die to trust that God always has a point. Let’s learn to do it here and now, eyes locked on our gracious, sovereign, and ever-purposeful Redeemer.

If you’d like to read more related to the subject of evil and suffering, see Randy’s book If God Is Good, as well as the devotional 90 Days of God’s Goodness and book The Goodness of God (a specially focused condensation of If God Is Good, which also includes additional material). Many people have also handed out the If God Is Good booklets.

 

Photo by Benjamin Davies on Unsplash

Randy Alcorn, founder of EPM

Randy Alcorn (@randyalcorn) is the author of over fifty books and the founder and director of Eternal Perspective Ministries