Va et ne pèche plus (Go and Sin More More)

Un groupe de détenteurs de la «vérité seule», à savoir les pharisiens, était prêt à lapider une femme pour adultère (Jean 8.1-11). Si les détenteurs de la «grâce à tout prix» avaient été là, ils lui auraient tenu la main et dit: «Ne t’en fais pas pour une petite liaison, ma chère. Dieu comprend, et nous aussi.»

Jésus a réprimandé les accusateurs de cette femme. Mais ce n’est pas la fin de l’histoire. Il aurait pu dire: «Tu vas brûler en enfer pour tes péchés» ou «Va et sens-toi libre de ne plus pécher.» En fait, il a dit: «Va et ne pèche plus.»

Jésus n’a pas nié la vérité. Il l’a affirmée. Cette femme avait besoin de se repentir, et de changer. Jésus n’a pas nié la grâce. Il l’a offerte à cette femme. Il a envoyé cette femme, une fois pardonnée et lavée, vers une nouvelle vie.

Les détenteurs de la «grâce à tout prix» ne comprennent pas pourquoi Jésus a dit: «Redoutez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter en enfer» (Luc 12.5). Les détenteurs de la «vérité seule» ne comprennent pas pourquoi Jésus côtoyait des pécheurs, ni pourquoi il a été cloué sur une croix pour eux.

Au lieu de l’apathie et de la tolérance du monde, nous offrons la grâce. Au lieu du relativisme et de la tromperie, nous offrons la vérité.

Si nous minimisons la grâce, le monde ne voit plus d’espoir de salut. Si nous minimisons la vérité, le monde ne voit plus le besoin de salut. Pour montrer Jésus au monde, nous devons offrir intégralement la grâce et la vérité, en soulignant les deux, et en ne nous excusant pour aucune. L’église de Colosses «avait entendu et connu la grâce de Dieu dans la vérité» (Colossiens 1.6).

La vérité est prompte à mettre des panneaux avertisseurs et des glissières de sécurité en haut des falaises. Cependant, elle manque à son devoir de permettre aux gens de s’assumer en conduisant sans danger, et néglige de les aider quand ils ont un accident. La grâce est prompte à mettre des ambulances et des secouristes en bas de la falaise. Mais, sans vérité, elle manque à son devoir de mettre des panneaux avertisseurs et de construire des glissières de sécurité. De cette manière, elle encourage l’autodestruction qu’elle essaie de soigner.

La vérité sans la grâce écrase les gens et cesse d’être vérité. La grâce sans la vérité trompe les gens et cesse d’être grâce. La vérité sans la grâce dégénère en légalisme qui s’érige toujours en jugement. La grâce sans la vérité dégénère en tolérance trompeuse.

Le cœur du Christ est peiné de la même manière par la suppression de la grâce et par la suppression de la vérité, par la déformation de la grâce et par la déformation de la vérité. La grâce et la vérité sont toutes deux nécessaires. Aucune des deux n’est suffisante seule.

The Grace and Truth Paradox in French

Nous devons nous examiner nous-mêmes et nous corriger. Nous, qui sommes orientés vers la vérité, avons besoin de quitter ce chemin pour affirmer la grâce. Nous, qui sommes orientés vers la grâce, avons besoin de quitter ce chemin pour affirmer la vérité.

«Détestez le péché, mais aimez le pécheur.» Personne n’a fait l’une ou l’autre de ces deux choses autant que Jésus. La vérité déteste le péché. La grâce aime les pécheurs. Ceux qui sont remplis de grâce et de vérité font les deux.

 

Go and Sin No More

The truth-only crowd, the Pharisees, was ready to stone a woman for adultery (John 8:1–11). Had grace-only folks been there, they would have patted her hand and said, “Don’t worry about an affair, dear. God understands, and so do we.”

Jesus rebuked the woman’s accusers. But that isn’t the end of the story. He could have said, “Go burn for your sins.”

or

“Go and feel free to sin some more.”

What He did say was, “Go and sin no more.”

Jesus didn’t deny truth. He affirmed it. She needed to repent. And change.

Jesus didn’t deny grace. He offered it. He sent her away, forgiven and cleansed, to a new life.

Grace-only folk don’t understand why Jesus said, “Fear him... who has power to throw you into hell” (Luke 12:5). Truth-only folk don’t understand why Jesus hung out with sinners, and why He hung on a cross for them.

Instead of the world’s apathy and tolerance, we offer grace. Instead of the world’s relativism and deception, we offer truth.

If we minimize grace, the world sees no hope for salvation. If we minimize truth, the world sees no need for salvation. To show the world Jesus, we must offer unabridged grace and truth, emphasizing both, apologizing for neither. The Colossian church “understood God’s grace in all its truth” (Colossians 1:6).

Truth is quick to post warning signs and guardrails at the top of the cliff. Yet it fails to empower people to drive safely—and neglects to help them when they crash.

Grace is quick to post ambulances and paramedics at the bottom of the cliff. But without truth, it fails to post warning signs and build guardrails. In so doing, it encourages the very self-destruction it attempts to heal.

Truth without grace crushes people and ceases to be truth. Grace without truth deceives people and ceases to be grace.

Truth without grace degenerates into judgmental legalism. Grace without truth degenerates into deceitful tolerance.

Christ’s heart is equally grieved by grace-suppression and truth-suppression, by grace-twisting and truth-twisting.

Grace and truth are both necessary. Neither is sufficient.

We need to examine ourselves and correct ourselves. We who are truth-oriented need to go out of our way to affirm grace. We who are grace-oriented need to go out of our way to affirm truth.

“Hate the sin, but love the sinner.” No one did either like Jesus.

Truth hates sin. Grace loves sinners.

Those full of grace and truth do both.

Photo by Rémi Walle on Unsplash

Randy Alcorn (@randyalcorn) is the author of fifty-some books and the founder and director of Eternal Perspective Ministries