Comment profiter du Paradis si nos proches sont en Enfer ? (If Our Loved Ones Are in Hell, Won't That Spoil Heaven?)

By Randy Alcorn June 26, 2019

Quelqu’un m'a un jour envoyé le message suivant :

Comment puis-je me consoler de savoir que mes parents sont tous deux morts sans avoir eu une foi personnelle en Jésus ? Je suis sincèrement heureux d'être sauvé, mais je suis aussi profondément bouleversé par le sort réservé à mes parents que j'aime. Comment ne pas pleurer au Paradis alors que mes parents (et d'autres personnes) souffriront pour toute l'éternité ?

 Voici ce que je lui ai répondu.[i]

Beaucoup de gens ont perdu des êtres chers qui ne connaissaient pas Christ. Certaines personnes prétendent que les gens au Ciel n'auront pas connaissance de l’existence de l'Enfer. Or cela voudrait dire que la joie céleste est basée sur l'ignorance, ce qui n'est enseigné nulle part dans les Écritures.

Alors, comment pourrions-nous profiter du Paradis tout en sachant qu'un être cher est en Enfer ? Le théologien James Innell Packer propose une réponse difficile mais biblique :

« Lors du jugement dernier, Dieu le Père (qui demande aux hommes d'accepter la réconciliation que la mort de Christ a obtenue pour tous) et Dieu le Fils (notre Juge attitré, qui a pleuré sur Jérusalem) exprimeront leur colère et rétabliront la justice contre les hommes rebelles. La sainte justice de Dieu sera ainsi révélée, Dieu fera ce qui est bon et il sera finalement reconnu de ceux qui l'ont défié. [...] »[ii]

C'est en toute justice que Dieu jugera l'ensemble des anges et des saints, et tous les martyrs le loueront pour cela. Il semble donc inévitable que nous approuvions, nous aussi, le jugement de ces personnes rebelles que nous avons connues et aimées.

Au Ciel, nous verrons avec une perspective meilleure et nouvelle et nous approuverons pleinement le jugement de Dieu sur les méchants, tandis que les martyrs du Ciel lui demanderont de juger les méchants sur terre (Apocalypse 6:9-11). Dans le livre d'Apocalypse, il nous est dit que lorsque Dieu amène le jugement sur la ville corrompue de Babylone, les habitants du Ciel doivent s'écrier : « Réjouis-toi de sa ruine, ciel !  Et vous, membres du peuple saint, apôtres et prophètes, réjouissez-vous !  Car en la jugeant, Dieu vous a fait justice. » (Apocalypse 18:20).

L'Enfer-même pourrait mettre en exergue la gloire éclatante de Dieu et sa grâce insondable. Voici comment Jonathan Edwards explique cette idée :

« Lorsque Dieu fera éclater sa gloire, les saints verront le triste sort réservé aux condamnés et, par contraste, prendront conscience de l'importance de la bénédiction qui leur a été accordée. Ils verront les terribles misères subies de l'autre côté et comprendront qu'ils méritaient la même chose ; et que c'est la grâce souveraine, et rien d'autre au monde, qui les a sauvés. »

Nous ne mettrons jamais en doute la justice de Dieu, nous ne nous demanderons pas comment il peut envoyer des personnes « bonnes » en Enfer. À la place, nous serons submergés par sa grâce, nous resterons émerveillés par ce qu’il a fait : laisser des personnes mauvaises entrer au Ciel. Nous ne croirons plus à ce mensonge selon lequel il est possible d'être bon sans Christ.

Au Ciel, nous verrons clairement que Dieu s'est révélé à toute personne et qu'il a donné l'occasion à chaque cœur et à chaque conscience de le rechercher et de lui répondre (Romains 1:18—2:16). Ceux qui ont entendu l'Évangile ont certes de plus grandes chances de se tourner vers Christ (Romains 10:13-17), mais Dieu s'est aussi personnellement révélé par la Création et la capacité de conscience de l'homme : il n'y avait donc aucune excuse. Cependant, à cause du péché, les hommes incrédules ont rejeté ces preuves et nié la réalité de Dieu.

Nous méritons tous l'Enfer. Personne ne mérite le Paradis. Mais Jésus est mort à la croix pour offrir le salut à tous (1 Jean 2:2), car Dieu est absolument souverain et ne désire pas que quiconque périsse (1 Timothée 2:3-4; 2 Pierre 3:9). Pourtant, beaucoup périront à cause de leur incrédulité (Matthieu 7:13).

Plus tard, nous embrasserons la sainteté et la justice de Dieu, nous le louerons pour sa bonté et sa grâce, et il sera notre source de joie. L'Enfer ne sera plus qu'une ombre, petite et lointaine, qui ne pourra pas interférer ni avec la grandeur de Dieu, ni avec notre joie en lui. Tout cela doit nous motiver à davantage partager l'Évangile de Christ avec notre famille, nos amis, nos voisins et le monde entier !

Elle vous paraîtra sans doute catégorique, mais je vous propose cette idée supplémentaire : en réalité, aucun de nos « proches » ne sera en Enfer. Seuls quelques-uns de ceux que nous avons une fois aimés par le passé y seront. Notre amour pour nos compagnons célestes sera directement lié à Dieu, l'objet central de notre amour :  nous le verrons en eux. Nous n'aimerons pas ceux qui se trouvent en Enfer, car lorsque nous verrons Jésus, nous voudrions seulement aimer (et nous n'aimerons effectivement que) ceux qui le désirent, le glorifient et le reflètent. Ce que nous avons aimé chez ceux qui sont morts sans Christ était la beauté de Dieu que nous avions vue en eux. Or, quand Dieu se retirera pour toujours d'eux, je pense qu'ils ne porteront plus son image et ne refléteront plus sa beauté. Ils resteront les mêmes personnes ; mais sans Dieu, ils seront dépouillés de toutes les qualités que nous aimions autrefois. Par conséquent — et c'est un paradoxe —, ils ne seront plus les personnes que nous avons aimées.

Je ne peux pas prouver bibliquement ce que je viens de dire, mais je pense que ma pensée sonne juste, même si elle est horrible.

Notre Dieu est « le Père plein de compassion et le Dieu de tout réconfort » (2 Corinthiens 1:3), non seulement au Ciel, mais aussi maintenant sur terre. Toutes les douleurs qui nous tourmentent aujourd'hui disparaîtront sur la Nouvelle Terre, et ce aussi sûrement que l'obscurité disparaît lorsque la lumière est allumée.

« Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur. » (Apocalypse 21:4)

Voilà la promesse de Dieu. Trouvons le repos en elle.

Nous pouvons être absolument certains que l'Enfer n'aura aucun pouvoir sur le Ciel, qu'aucune de ses misères ne pourra jamais s'opposer à la joie céleste.

 


[i] Cette réponse est tirée du chapitre 36 du livre de Randy Alcorn, Les pieds sur terre, les yeux vers le ciel (2017, Éditions BLF).

[ii] Lire Matthieu 25, Jean 5:22-29, Romains 2:5-16, 12:19, 2 Thessaloniciens 1:7-9, Apocalypse 18:1—19:3, 20:11-35.

 


If Our Loved Ones Are in Hell, Won't That Spoil Heaven?

 

Question from a reader:

Is there any consolation for me concerning my parents who both died without a personal belief and faith in Jesus? It is all very well for me to know that I have since been saved, but I still feel deeply upset about the outcome for my parents whom I love dearly. How can you not grieve in Heaven while knowing your parents (and anyone else for that matter) will suffer so terribly for all eternity?

Answer from Randy Alcorn:

Many people have lost loved ones who didn’t know Christ. Some people argue that people in Heaven won’t know Hell exists. But this would make Heaven’s joy dependent on ignorance, which is nowhere taught in Scripture.

So, how could we enjoy Heaven knowing that a loved one is in Hell? J. I. Packer offers an answer that’s difficult but biblical:

"God the Father (who now pleads with mankind to accept the reconciliation that Christ’s death secured for all) and God the Son (our appointed Judge, who wept over Jerusalem) will in a final judgment express wrath and administer justice against rebellious humans. God’s holy righteousness will hereby be revealed; God will be doing the right thing, vindicating himself at last against all who have defied him. . . . (Read through Matt. 25; John 5:22-29; Rom. 2:5-16, 12:19; 2 Thess. 1:7-9; Rev. 18:1-19:3, 20:11-35, and you will see that clearly.) God will judge justly, and all angels, saints, and martyrs will praise him for it. So it seems inescapable that we shall, with them, approve the judgment of persons—rebels—whom we have known and loved.

In Heaven, we will see with a new and far better perspective. We’ll fully concur with God’s judgment on the wicked. The martyrs in Heaven call on God to judge evil people on Earth (Revelation 6:9-11). When God brings judgment on the wicked city of Babylon, the people in Heaven are told, “Rejoice over her, O heaven! Rejoice, saints and apostles and prophets! God has judged her for the way she treated you” (Revelation 18:20).

Hell itself may provide a dark backdrop to God’s shining glory and unfathomable grace. Jonathan Edwards made this case, saying, “When the saints in glory, therefore, shall see the doleful state of the damned, how will this heighten their sense of the blessedness of their own state, so exceedingly different from it.” He added, “They shall see the dreadful miseries of the damned, and consider that they deserved the same misery, and that it was sovereign grace, and nothing else, which made them so much to differ from the damned.”

We’ll never question God’s justice, wondering how he could send good people to Hell. Rather, we’ll be overwhelmed with his grace, marveling at what he did to send bad people to Heaven. (We will no longer have any illusion that fallen people are good without Christ.)

In Heaven we’ll see clearly that God revealed himself to each person and that he gave opportunity for each heart or conscience to seek and respond to him (Romans 1:18-2:16). Those who’ve heard the gospel have a greater opportunity to respond to Christ (Romans 10:13-17), but every unbeliever, through sin, has rejected God and his self-revelation in creation, conscience, or the gospel.

Everyone deserves Hell. No one deserves Heaven. Jesus went to the cross to offer salvation to all (1 John 2:2). God is absolutely sovereign and doesn’t desire any to perish (1 Timothy 2:3-4; 2 Peter 3:9). Yet many will perish in their unbelief (Matthew 7:13).

We’ll embrace God’s holiness and justice. We’ll praise him for his goodness and grace. God will be our source of joy. Hell’s small and distant shadow will not interfere with God’s greatness or our joy in him. (All of this should motivate us to share the gospel of Christ with family, friends, neighbors, and the whole world.)

Although it will inevitably sound harsh, I offer this further thought: in a sense, none of our loved ones will be in Hell—only some whom we once loved. Our love for our companions in Heaven will be directly linked to God, the central object of our love. We will see him in them. We will not love those in Hell because when we see Jesus as he is, we will love only—and will only want to love—whoever and whatever pleases and glorifies and reflects him. What we loved in those who died without Christ was God’s beauty we once saw in them. When God forever withdraws from them, I think they’ll no longer bear his image and no longer reflect his beauty. Although they will be the same people, without God they’ll be stripped of all the qualities we loved. Therefore, paradoxically, in a sense they will not be the people we loved.

I cannot prove biblically what I’ve just stated, but I think it rings true, even if the thought is horrifying.

HeavenNot only in Heaven but also while we are still here on Earth, our God is “the Father of compassion and the God of all comfort” (2 Corinthians 1:3). Any sorrows that plague us now will disappear on the New Earth as surely as darkness disappears when the light is turned on. “He will wipe away every tear from their eyes, neither shall there be mourning nor crying nor pain” (Revelation 21:4, ESV).

This is God’s promise. Let’s rest in it.

Of this we may be absolutely certain: Hell will have no power over Heaven; none of Hell’s misery will ever veto any of Heaven’s joy.

Additional note from Randy’s assistant: You have no way of knowing but you could hope that your parents turned to Christ, even upon their last breath. May God provide you with comfort and a passion to share salvation through Christ with those you meet.

(This answer was taken from Chapter 36 of Heaven by Randy Alcorn)

Photo by OC Gonzalez on Unsplash

 

Randy Alcorn, founder of EPM

Randy Alcorn (@randyalcorn) is the author of fifty-some books and the founder and director of Eternal Perspective Ministries