Le Choix de la Purete, Chapitre 1: Sacrifier les bénédictions futures (The Purity Principle, Chapter 1: Forfeiting What Could Have Been)

By Randy Alcorn March 18, 2019

Chapitre 1

Sacrifier les bénédictions futures

Éric déboula dans mon bureau et se laissa tomber sur le siège devant moi.

– Je suis vraiment en colère contre Dieu!

Élevé au sein d’une famille fidèle de l’église, il avait rencontré et épousé une jeune fille chrétienne. Il était à présent le portrait même du désespoir.

– Ah bon… Et pourquoi es-tu en colère contre Dieu?

– Parce que la semaine dernière, j’ai trompé ma femme.

Longue pause.

– Je comprends pourquoi Dieu pourrait être en colère contre toi, répliquai-je, mais je ne vois vraiment pas pourquoi toi, tu pourrais lui en vouloir.  

Éric m’expliqua que, pendant plusieurs mois, l’une de ses collègues et lui avaient éprouvé une puissante attirance réciproque. Il avait sincèrement prié Dieu de le préserver de toute immoralité.

– As-tu demandé à ta femme de prier pour toi? demandai-je. As-tu gardé tes distances vis-à-vis de cette autre femme?

– Eh bien… euh… non. En fait, nous déjeunions ensemble pratiquement tous les jours.

 Lentement, je fis glisser un gros livre que j’avais sur mon bureau. Sans comprendre, Éric vit le livre se rapprocher inexorablement du bord, centimètre après centimètre. Je priai alors à haute voix:

– Seigneur, de grâce, empêche ce livre de tomber!

Je continuai à pousser le livre et à prier. Dieu n’a pas suspendu la loi de la gravité. Le livre a basculé et s’est écrasé lourdement sur le sol.

– Je suis en colère contre Dieu, dis-je à Éric. Je lui avais demandé d’empêcher mon livre de tomber, mais il n’a pas exaucé ma prière!

Ces choix qui nous détruisent

Aujourd’hui encore, j’entends le bruit de ce livre qui s’écrase au sol, à l’image de la vie d’Éric. Jeune, Sacrifier les bénédictions futures doué et béni par la présence auprès de lui d’une épouse et d’une petite fille, Éric débordait de potentiel.

L’histoire ne s’est pas terminée ce jour-là. Éric a fini par devenir un prédateur sexuel, allant même jusqu’à maltraiter sa propre fille. Il purge actuellement plusieurs années d’emprisonnement, dans la repentance et la souffrance, pour avoir choisi de pousser sa vie vers le bord du gouffre jusqu’à ce que la loi de la gravité l’emporte.

Combien de chrétiens parmi nous espèrent que Dieu les gardera du désastre et du malheur, mais commettent chaque jour de petits actes immoraux apparemment sans conséquence qui les entraînent, centimètre après centimètre, vers un degré d’immoralité plus grand? (Une enquête menée lors d’un rassemblement de 1500 croyants a révélé que la moitié de ces hommes avaient regardé de la pornographie la semaine précédente.)

Isabelle et Carl avaient eux aussi grandi dans leur église locale. Quand le responsable du groupe de jeunes les mit en garde contre les relations sexuelles avant le mariage, ils eurent du mal à prendre ses avertissements au sérieux. En effet, les films, les séries TV et la musique qu’ils affectionnaient abordaient régulièrement la sexualité d’une autre manière. Un soir, après la rencontre habituelle du groupe de jeunes, Isabelle a cédé aux avances de Carl. Rien à voir toutefois avec tout ce qu’ils avaient vu au cinéma : leur expérience fut douloureuse et leur laissa un goût amer… Le lendemain et les jours suivants, Isabelle se sentit horriblement mal. Carl lui en voulait, affirmant qu’elle n’aurait pas dû le laisser faire.

Isabelle multiplia peu à peu les partenaires sexuels, dans l’espoir de trouver enfin un homme qui l’aimerait. En vain. À son grand désespoir, ces hommes se contentaient de l’utiliser avant de la laisser tomber. Elle cessa de fréquenter l’église. Un jour, elle découvrit qu’elle était enceinte et une amie l’encouragea à avorter. Ses rêves sont désormais hantés par la pensée de cet enfant qu’elle n’a pas laissé vivre.

Isabelle pourrait revenir à Christ, qui désire tant lui pardonner, mais son cœur est si meurtri qu’elle n’y croit plus. Droguée et prostituée, elle a été victime d’un viol et a tenté de mettre fin à ses jours. Dernièrement, elle a subi un second avortement. Son regard est éteint. Plus la moindre étincelle d’espoir dans son cœur.

Et Carl? Après avoir perdu tout intérêt pour les questions spirituelles, il est devenu athée. Il étudie maintenant à l’université où il a connu plusieurs partenaires. Il éprouve un grand vide intérieur, mais il multiplie les expériences susceptibles de lui apporter le bonheur.

Lucie, une jeune chrétienne, décréta que son mari n’était pas assez romantique. Malgré ses qualités, cet homme, membre fidèle de leur église locale, n’était pas à la hauteur des stéréotypes du prince charmant véhiculés par Hollywood. Elle le trompa donc avec un autre homme qu’elle finit par épouser. Bien des années plus tard, après avoir infligé un chagrin indescriptible à sa famille et à elle-même, Lucie est revenue à Christ. «Si seulement je pouvais retrouver mon premier mari, reconnut-elle, mais il est trop tard». Oui, c’est bien vrai, Dieu a pardonné à Lucie et il a encore des projets pour sa vie. Toutefois…elle a payé un prix terrible pour ses erreurs.

Pris au piège dans le tube digestif d’un gros poisson de la Méditerranée, le prophète Jonas fit ce constat malheureux: «Ceux qui s’attachent à de vaines idoles se privent de la grâce» (Jonas 2:9).

Une idole est bien plus qu’une statue grotesque, pourvue d’une grosse tête et d’un rubis dans le nombril. Une idole est un substitut de Dieu. Une chose (n’importe quoi) à laquelle nous accordons plus d’importance qu’à Dieu. Pour pouvoir nous attacher à une telle idole, nous procédons à un échange.

Notre comportement sexuel révèle la personne ou l’objet qui dirige notre vie (voir Romains 1 :18-32). Le péché sexuel est une forme d’idolâtrie parce qu’il met nos désirs charnels à la place de Dieu.

Ceux qui se détournent de Dieu pour embrasser un substitut subissent une perte terrible. Pourquoi? Parce qu’ils ont été créés pour trouver leur joie en Dieu et non pour la puiser dans un produit de substitution. Ils échangent les bénédictions présentes et à venir que Dieu nous offre pour des plaisirs immédiats, des plaisirs qu’ils peuvent voir, sentir et goûter. Ces plaisirs ne les satisferont jamais.

Je l’ai fait. Vous aussi. À un degré ou à un autre, tout pécheur échange ce qu’il possède (et aurait pu posséder) pour un mensonge. Parfois les mensonges se font plus graves et les enjeux plus gros. Nous continuons à pousser inexorablement notre vie vers le gouffre. Pour satisfaire certaines poussées hormonales ou un fantasme secret, nous sommes prêts à troquer notre avenir.

Cet échange est terrible. Un pacte passé avec le diable qui ne respecte jamais sa parole.

Chaque jour, des croyants sacrifient leur bonheur futur pour connaître une satisfaction sexuelle temporaire. Comme des drogués, ils passent d’une «défonce» à l’autre, échangeant le plaisir d’une vie morale pour une euphorie immédiate et éphémère qui les laissera toujours vides et assoiffés.

C’est exactement ce qu’a fait Éric.

 Il a sacrifié une épouse qui le chérissait, une petite fille qui l’aurait aimé, le respect de sa famille, de ses amis, de ses collègues et de son église. Il a sacrifié une vie entière de marche avec le Christ.

Au bout du compte, il a même sacrifié sa liberté.

Chaque regard qui alimente notre convoitise sensuelle nous rapproche un peu plus du gouffre et du moment où la loi de la gravité finit par l’emporter et par précipiter notre vie dans le vide.

Qu’allons-nous y perdre? Qu’allons-nous sacrifier qui aurait pu ou aurait dû nous appartenir?

Où serait Isabelle aujourd’hui si elle avait préservé sa pureté? Au lieu d’être une prostituée, hantée par le viol et les avortements, elle aurait pu briller pour Jésus en prenant position pour lui sur son lieu de travail, remplie de joie et d’espoir pour l’avenir. Carl aurait pu connaître le même avenir. Si seulement…

Et Lucie, qui souhaitait avoir un mari plus romantique? Elle a sacrifié, elle aussi, ce qui lui appartenait ou aurait pu lui appartenir. Qui sait ce que la grâce de Dieu avait en réserve pour elle ? Une conscience pure et une paix inestimable? Des années de complicité chaleureuse et satisfaisante avec son mari? Le respect et l’affection de ses enfants et petits-enfants? Une influence durable sur les jeunes femmes de son entourage qui s’inspireraient de son exemple? Un ministère qui toucherait de nombreuses vies? Des récompenses (qui défient l’imagination) dans l’au-delà?

Oui, Dieu lui a pardonné. Complètement. Mais les conséquences de ses choix demeurent.

Écrasés par ces conséquences, certains se sentent désespérés et vaincus. Beaucoup ont renoncé à se battre pour la pureté. D’autres n’ont jamais essayé. Nous avons tous besoin de comprendre où nos choix d’aujourd’hui peuvent nous mener demain.

Une fois perdues, certaines occasions ne se représenteront jamais. Nous ne pouvons pas vivre en pensant sans arrêt à ce qui aurait pu se passer. Nous devons accepter la réalité puis, par la grâce de Dieu, aller de l’avant.

Dans I, 2e volet de la série I de C. S. Lewis, Lucy néglige de suivre les instructions du lion Aslan. Elle le prie alors de lui dire ce qui aurait pu se passer si elle avait obéi à sa voix plus tôt et si elle l’avait suivi au lieu de trover des excuses. Le grand Lion lui  répond : « Savoir ce qui se serait passé, mon enfant ?… Non. Personne ne le sait jamais 1 ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 LEwis C. S., Le Monde de Narnia, Gallimard Jeunesse, 2001-2002, p. 429.

Photo by Pablo Heimplatz on Unsplash

Randy Alcorn, founder of EPM

Randy Alcorn (@randyalcorn) is the author of fifty-some books and the founder and director of Eternal Perspective Ministries