Plus jamais d'ennui. (No More Boredom)

By Randy Alcorn August 11, 2020

L'auteur de science-fiction Isaac Asimov a déclaré : « Je ne crois pas à la vie après la mort, je n'ai donc pas besoin de passer toute ma vie à avoir peur de l'enfer ou encore plus du paradis. Car quelles que soient les tortures de l'enfer, je pense que l'ennui au Paradis serait bien pire. »

Malheureusement, cette idée que le Paradis sera ennuyeux est répandue, même parmi les chrétiens. Parfois, nous ne parvenons pas à imaginer que nous ferons bien plus que jouer de la harpe et polir des rues pavées d'or. Nous avons succombé aux stratagèmes de Satan qui nous pousse à « proférer des blasphèmes contre Dieu, pour insulter son nom et son tabernacle, ceux qui habitent dans le ciel. » (Apocalypse 13:6 Traduction Segond 21)

On entend parfois : « Je préfère encore passer du bon temps en enfer que m'ennuyer à mourir au Paradis. » Beaucoup s'imaginent que l'enfer est un lieu où ils traîneront avec leurs amis, en jouant au billard et en se racontant des blagues. C'est ce qui pourrait bien arriver sur la Nouvelle Terre, mais certainement pas en enfer.

L'enfer est un lieu de tourment et d'isolement, un endroit où l'amitié et les bons moments n'existent pas. L'enfer sera ennuyeux à mourir. Tout ce qui est bon, agréable, rafraîchissant, fascinant ou intéressant vient de Dieu. Sans Dieu, il n'y a rien d'intéressant à faire. David a écrit : « il y a d’abondantes joies dans ta présence, un bonheur éternel à ta droite. » (Psaume 16:11, Traduction Segond 21) Et réciproquement, en dehors de la présence de Dieu, il n'y a pas de joie.

Croire que le Paradis sera ennuyeux, c'est comme croire à une hérésie : Dieu lui-même serait ennuyeux. Il n'y a rien de plus absurde. Ce qui est vrai, c'est que notre désir de ressentir du plaisir et d'expérimenter la joie, vient directement de la main de Dieu. Dieu a conçu lui-même et a disposé en nous les papilles gustatives, l'adrénaline, la libido et les terminaisons nerveuses qui transmettent le plaisir jusqu'à notre cerveau. De la même manière, notre imagination et notre capacité à ressentir de la joie ou de l'exaltation ont été créées par ce même Dieu que nous accusons d'être ennuyeux. Est-ce qu'on imagine que c'est nous qui avons eu cette idée géniale d'inventer le plaisir ?

« Être saint tout le temps... est-ce que ça ne sera pas ennuyeux ? » Notons le présupposé sous-jacent : le péché est excitant et la vertu est ennuyeuse. Nous nous sommes laissés embobinés par le mensonge du diable. Sa stratégie la plus simple, la même qu'il a utilisée avec Adam et Ève, est de nous faire croire que le péché peut nous permettre de nous épanouir. Mais, c'est tout le contraire. Le péché nous rend incapable de nous épanouir. Le péché ne rend pas la vie intéressante, il la vide. Le péché ne nous libère pas pour l'aventure, il nous muselle. Le péché ne rallonge pas la vie, il l'écourte. Le péché conduit inévitablement à l'ennui. Lorsque nous sommes épanouis, lorsque nous percevons la beauté, lorsque nous voyons Dieu tel qu'il est réellement, lui qui ne cessera jamais de nous fasciner, il est alors impossible de s'ennuyer.

Ceux qui croient que l'excitation n'existe pas en dehors du péché réfléchissent avec un esprit empoisonné par le péché. Les toxicomanes sont convaincus que sans leur drogue, ils ne peuvent pas vivre heureux. En réalité, comme tout le monde peut le voir, les drogues les rendent malheureux. Être libéré du péché signifie devenir libre d'être ce que Dieu avait prévu, libre de trouver une joie bien plus intense dans toutes les circonstances. Au Paradis, comme le décrit le 11ème verset du 16ème psaume, nous serons comblés d'une joie pleine et un plaisir éternel (Bible en Français Courant).

Une autre raison pour laquelle les gens prétendent que le Paradis est un endroit ennuyeux est que leurs vies de chrétiens sont ennuyeuses. Ce n'est pas à cause de Dieu. Il nous appelle à le suivre dans une aventure que nous devrions vivre à fond. Si nous expérimentons les manifestations revigorantes du Saint-Esprit, si nous avons confiance qu'il remplira nos vies de rendez-vous divins, si nous expérimentons comme un enfant les délices qu'il offre chaque jour par grâce, alors nous saurons que la vie avec Dieu est excitante et que le Paradis est exaltant. Comment pourrait-il en être autrement ?

Quant à l'idée comme quoi il n'y aurait rien à faire au Paradis... nous allons aider Dieu à gouverner l'univers ! (Luc 19:11-27) Nous vivons pour l'éternité, et nous aurons plein de chose à faire. Cette image biblique de tous les ressuscités au travail, dans une société pleine de vie, est on ne peut plus irrésistible. (Pas étonnant que Satan s'acharne à nous en dépouiller.)

Dieu nous donnera des esprits renouvelés et des corps merveilleusement conçus, remplis d'énergie et d'inspiration. James Campbell affirme : « Le travail de l'autre côté, de quelque nature qu'il soit, sera adapté aux aptitudes et aux facultés particulières à chacun. Ce sera le travail qu'il pourra accomplir de la meilleure manière, le travail qui lui permettra de donner le meilleur de lui-même. »

Même sous la malédiction, nous sommes en mesure d'entrevoir de quelle manière le travail peut être enrichissant, de quelle manière il peut construire des relations et comment il peut nous aider à nous améliorer et à rendre notre monde meilleur. Le travail, nous révèle la façon de nous rendre plus intelligent, plus sage et plus épanoui.

Le Dieu qui a préparé à l'avance des œuvres bonnes afin que nous les accomplissions (Éphésiens 2:10, Traduction Semeur) ne renoncera pas à son dessein quand il nous ressuscitera pour peupler le nouvel univers.

La Bible nous dit que, au Paradis, nous servirons Dieu (Apocalypse 7:15 ; 22:3). Servir c'est être actif, et non passif. Cela implique d'assumer des responsabilités, d'y consacrer de l'énergie. Au Paradis, le travail ne sera ni frustrant ni vain : il impliquera des réalisations durables, qui ne seront pas entravées par le délabrement ou la fatigue mais qui seront rendues encore meilleures par des ressources illimitées. Au Paradis, nous aborderons le travail avec le même enthousiasme que nous éprouvons à l'égard de nos sports ou nos passe-temps préférés. 

Au Paradis, nous régnerons avec Jésus-Christ, nous exercerons un leadership et une autorité, nous prendrons des décisions importantes. Cela implique de déléguer individuellement des responsabilités aux personnes dont nous seront les leaders et de se voir déléguer individuellement des responsabilités par nos propres leaders (Luc 19:17-19). Nous fixerons des objectifs, nous élaborerons des stratégies et partagerons des idées. Notre meilleure journée de travail sur la Terre, lorsque tout se passe mieux qu'on l'avait imaginé, quand tout est terminé à l'heure, quand tous les membres de l'équipe coopèrent et prennent plaisir à travailler ensemble, est juste un petit aperçu de la joie que nous procurera notre travail sur la nouvelle Terre.

Si vous pensez que la vie dans l'univers que Dieu aura renouvelé sera ennuyeuse, c'est que vous ne comprenez tout simplement pas. Imaginez les fleurs que les botanistes étudieront (et apprécieront), les animaux sur lesquels les zoologistes feront des recherches (et avec lesquels ils joueront). Des astronomes doués pourraient bien voyager d'un système stellaire à un autre, d'une galaxie à une autre afin d'étudier les merveilles de la Création divine. Une existence désincarnée serait ennuyeuse, mais après notre résurrection, notre vie incarnée sur la nouvelle Terre anéantira l'ennui pour l'éternité.

Tiré de l'ouvrage : 50 Days of Heaven: Reflections That Bring Eternity to Light.

1. “The work on the other side, whatever be its character, will be adapted to each one’s special aptitude and powers. It will be the work he can do best; the work that will give the fullest play to all that is within him.” James M. Campbell dans Heaven Opened: A Book of Comfort and Hope (New York: Revell, 1924), p123.


No More Boredom

Science fiction writer Isaac Asimov said, “I don’t believe in an afterlife, so I don’t have to spend my whole life fearing hell, or fearing heaven even more. For whatever the tortures of hell, I think the boredom of heaven would be even worse.”

Sadly, even among Christians, it’s a prevalent myth that Heaven will be boring. Sometimes we can’t envision anything beyond strumming a harp and polishing streets of gold. We’ve succumbed to Satan’s strategies “to blaspheme God, and to slander his name and his dwelling place” (Revelation 13:6).

People sometimes say, “I’d rather be having a good time in Hell than be bored out of my mind in Heaven.” Many imagine Hell as a place where they’ll hang around and shoot pool and joke with friends. That could happen on the New Earth, but not in Hell.

Hell is a place of torment and isolation, where friendship and good times don’t exist. Hell will be deathly boring. Everything good, enjoyable, refreshing, fascinating, and interesting originates with God. Without God, there’s nothing interesting to do. David wrote, “In Your presence is fullness of joy; at Your right hand are pleasures forevermore” (Psalm 16:11, NKJV). Conversely, outside of God’s presence, there is no joy.

Our belief that Heaven will be boring betrays a heresy—that God is boring. There’s no greater nonsense. What’s true is that our desire for pleasure and the experience of joy come directly from God’s hand. God designed and gave us our taste buds, adrenaline, sex drives, and the nerve endings that convey pleasure to our brains. Likewise, our imaginations and our capacity for joy and exhilaration were made by the very God we accuse of being boring! Do we imagine that we ourselves came up with the idea of fun?

“Won’t it be boring to be good all the time?” Note the underlying assumption: Sin is exciting, righteousness is boring. We’ve fallen for the devil’s lie. His most basic strategy, the same one he employed with Adam and Eve, is to make us believe that sin brings fulfillment. But the opposite is true. Sin robs us of fulfillment. Sin doesn’t make life interesting; it makes life empty. Sin doesn’t create adventure; it blunts it. Sin doesn’t expand life; it shrinks it. Sin’s emptiness inevitably leads to boredom. When there’s fulfillment, when there’s beauty, when we see God as He truly is—an endless reservoir of fascination—boredom becomes impossible.

Those who believe there can’t be excitement without sin think with sin-poisoned minds. Drug addicts are convinced that without their drugs they can’t live happy lives. In fact—as everyone else can see—drugs make them miserable. Freedom from sin will mean freedom to be what God intended, freedom to find far greater joy in everything. In Heaven we’ll be filled, as Psalm 16:11 describes it, with joy and eternal pleasures.

Another reason why people assume Heaven is boring is that their Christian lives are boring. That’s not God’s fault. He calls us to follow Him in an adventure that should put us on life’s edge. If we’re experiencing the invigorating stirrings of God’s Spirit, trusting Him to fill our lives with divine appointments, and experiencing the childlike delights of His gracious daily kindnesses, then we’ll know that God is exciting and Heaven is exhilarating. What else could they be?

As for having nothing to do in Heaven, we’re going to help God run the universe (Luke 19:11-27). We’ll have an eternity full of things to do. The Bible’s picture of resurrected people at work in a vibrant society on a resurrected earth couldn’t be more compelling. (No wonder Satan works so hard to rob us of it.)

God will give us renewed minds and marvelously constructed bodies, full of energy and vision. James Campbell says, “The work on the other side, whatever be its character, will be adapted to each one’s special aptitude and powers. It will be the work he can do best; the work that will give the fullest play to all that is within him.”[i]

Even under the Curse, we catch glimpses of how work can be enriching, how it can build relationships, and how it can help us to improve ourselves and our world. Work stretches us in ways that make us smarter, wiser, and more fulfilled.

The God who created us to do good works (Ephesians 2:10) will not abandon this purpose when He resurrects us to inhabit the new universe.

We are told that we will serve God in Heaven (Revelation 7:1522:3). Service is active, not passive. It involves fulfilling responsibilities, in which we expend energy. Work in Heaven won’t be frustrating or fruitless; it will involve lasting accomplishments, unhindered by decay and fatigue, and enhanced by unlimited resources. We’ll approach our work in Heaven with the same enthusiasm we now bring to our favorite sports or hobbies.

In Heaven, we’ll reign with Christ, exercise leadership and authority, and make important decisions. This implies specific delegated responsibilities for those under our leadership, as well as specific responsibilities given to us by our leaders (Luke 19:17-19). We’ll set goals, devise plans, and share ideas. Our best workday on Earth—when everything turns out better than we planned, when we get everything done on time, when everyone on the team pulls together and enjoys each other—is just a small foretaste of the joy our work will bring us on the New Earth.

If you think that life in God’s new universe will be boring, you’re just not getting it. Imagine the flowers that botanists will study (and enjoy), the animals that zoologists will research (and play with). Gifted astronomers may go from star system to star system, galaxy to galaxy, studying the wonders of God’s creation. A disembodied existence would be boring, but our resurrection to bodily life on the New Earth will forever put boredom to death.

Excerpted from 50 Days of Heaven: Reflections That Bring Eternity to Light. See also the comprehensive book Heaven

Photo by Kristopher Roller on Unsplash

 


[i] James M. Campbell, Heaven Opened: A Book of Comfort and Hope (New York: Revell, 1924), 123.

 Photo by Doran Erickson on Unsplash

Randy Alcorn, founder of EPM

Randy Alcorn (@randyalcorn) is the author of fifty-some books and the founder and director of Eternal Perspective Ministries